WFTW Body: 

Le Premier Test : Quand Abraham avait 75 ans, Dieu l’a appelé à quitter sa patrie et ses parents à Ur le pays des Chaldéens, et de partir dans la foi en Dieu, vers l'inconnu. C’est le premier test qu’il avait réussi. Il n’est pas facile de rompre avec père, mère, frères et sœurs, etc. Mais tant que le cordon ombilical qui nous relie à eux ne sera pas rompu, nous ne pourrons jamais être disciples de Jésus ! Jésus a dit: "Si quelqu'un vient à moi, et s'il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses soeurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple." (Luc.14: 26). Abraham avait obéi à Dieu immédiatement. Je me suis demandé ce qui se serait passé si Abraham avait rejeté l'appel de Dieu. Dieu ne l'aurait certainement pas forcé. Dieu aurait trouvé quelqu'un d'autre; et nous n'aurions plus jamais entendu parler d'Abraham. Ce quelqu'un d'autre qui aurait répondu à Dieu serait devenu le père de la foi, et l'ancêtre du Messie ! A quel point Abraham serait passé à côté, s'il avait échoué lors de ce premier test ! Il pouvait à peine se rendre compte, quand il sortit d'Ur, tournant le dos aux supplications de ses parents, quel Glorieux avenir Dieu avait prévu pour lui. Dieu appelle toujours les personnes, comme il avait appelé Abraham. Ceux qui sont appelés se rendent à peine compte des grandes questions qui sont en jeu quand ils ont entendu l'appel de Dieu. Tout au long de ces 20 siècles, l’histoire de l’Église est remplie de récits incroyables d’hommes et de femmes qui ont répondu à l’appel de Dieu immédiatement, avec joie et de tout leur Coeur, comme Abraham, et qui ont accompli les desseins de Dieu.

Le Deuxième Test : Une fois Abraham libéré de ses proches, Dieu pouvait alors le tester par rapport aux choses matérielles. Cela aussi est une exigence supplémentaire pour être disciple. Jésus a dit : “ Ainsi donc, quiconque d'entre vous ne renonce pas à tout ce qu'il possède ne peut être mon disciple.” (Luc 14:33). Dans les chapitres 13 et 14 de la Genèse, nous lisons deux incidents où Abraham avait été testé par rapport à mammon. La première fois fut quand Lot et lui devaient se séparer, car leurs troupeaux étaient devenus trop nombreux, pour qu’ils restent ensemble. Il aurait été facile et juste aussi pour Abraham, étant plus âgé, et celui que Dieu avait appelé pour Canaan, de faire en premier le choix du territoire. Mais avec un véritable désintéressement et une grande largesse de cœur, il dit à Lot de choisir en premier. Lot avait choisi ce qui semblait être le meilleur aux yeux de l'homme : le pays de Sodome. Mais ni Abraham ni Lot ne se rendaient compte que Dieu avait été un témoin silencieux de cette transaction, comme Il l'est pour toutes nos transactions financières. Dieu était si réjoui du désintéressement d’Abraham, qu’Il lui parla immédiatement, et lui dit que sa postérité hériterait du pays qu’il voyait dans les quatre directions. Cela comprenait aussi la partie que Lot avait choisie. “L’Eternel dit à Abraham, après que Lot se fut séparé de lui : Lève les yeux, et, du lieu où tu es, regarde vers le nord et le midi, vers l’orient et l’occident : car tout le pays que tu vois, je le donnerai à toi et à ta postérité pour toujours.” (Genèse 13: 14, 15) . Dans Genèse 14, nous voyons de nouveau Abraham se comporter avec la dignité qu’il faut pour devenir un véritable serviteur de Dieu, en ce qui concerne les choses matérielles. Abraham avait sauvé le peuple et la propriété du roi de Sodome, de ses ennemis. En récompense, le roi de Sodome offrit tous les biens à Abraham. Mais Abraham refusa de prendre quoi que ce soit. Et “ Abraham répondit au roi de Sodome : je lève la main vers l’Eternel, le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre : je ne prendrai rien de tout ce qui est à toi, pas même un fil, ni un cordon de soulier, afin que tu ne dises pas : J’ai enrichi Abram. Rien pour moi ” ! (Genèse 14: 22 , 23).

En effet, ce que disait Abraham était: "Puisque mon Dieu est le Propriétaire du ciel et de la terre, je n'ai besoin de rien de ta part.” Encore une fois, Dieu était un auditeur silencieux de cette conversation. Il apparut immédiatement à Abraham et lui dit qu'Il le récompenserait lui-même. “ Après ces évènements la parole de l’Eternel fut adressée à Abram dans une vision et il dit : Abram, ne crains point ; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande .”(Genèse 15: 1). Si nous honorons Dieu, il nous honorera certainement.

Le Troisième Test : Abraham avait été mis à l’épreuve par rapport à ses parents et par rapport à la richesse matérielle. Maintenant, il devait être mis à l’épreuve par rapport à son fils. Dans Genèse 22: 2, Dieu dit à Abraham: « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac : et va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je te dirai.” C'était une chose coûteuse que Dieu lui avait demandée cette nuit-là. Abraham aurait pu s’en aller le lendemain, et ne rien faire de cela, et personne n'aurait su qu'Abraham avait désobéi à Dieu. C'est ainsi que Dieu allait tester si Abraham le craignait ou non. Et c'est ainsi que Dieu nous teste aussi. Il nous parle en secret dans notre cœur, si doucement que même ceux qui vivent avec nous ne savent pas ce que Dieu nous a dit. Une des raisons pour laquelle Dieu a donné à chacun de nous un espace totalement privé - notre vie en pensée - est de nous tester pour voir si nous le craignons ou non. Abraham a réussi le test. Il ne chercha pas seulement un bon témoignage devant les hommes. Il voulait obéir à Dieu même dans l’espace secret. Et ainsi il prit Isaac le lendemain matin, et se dirigea vers le mont Morija où il offrit celui qui était cher à son cœur, à Dieu, en disant par cet acte : “Seigneur, je t'aime plus que quiconque et quoi que ce soit sur la terre”. C'est alors que Dieu donna à Abraham Son certificat d'approbation et promit de le bénir au-delà de toute mesure : “Je le jure par moi-même, parole de l’Eternel ! parce que tu as fait cela et que tu n’as pas refusé ton fils, ton unique, je te bénirai et je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer ; et ta postérité possédera la porte de ses ennemis. Toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, parce que tu as obéi à ma voix.” (Genèse 22: 16- 18 ). Rien ne réjouit Dieu, autant que le sacrifice d’obéissance. Personne ne peut être approuvé par Dieu s’il ne passe pas le présent test. Ce n'est que lorsque nous arrivons au point où nous pouvons sincèrement dire au Seigneur : “Quel autre ai-je au ciel que toi ! Et sur la terre je ne prends Plaisir qu’en toi.” (Psaumes 73:25) S ommes-nous qualifiés en ce qui concerne Dieu ? C'est là le mont Morija que chacun de nous doit gravir, là où nous offrons à Dieu tout ce qui nous est cher, sur l'autel, et ne sommes qu’avec Dieu seul.