Une Bonne Fondation

écrit par :   Zac Poonen

Chapitre 0
CE LIVRE ET VOUS.....

L'Évangile est la bonne nouvelle que l'homme peut maintenant vivre comme Dieu l'avait destiné à l'origine. Celui qui se livre complètement aux déclarations de Christ peut mener une vie de triomphe constant. Pourtant beaucoup de ceux qui ont accepté le Christ comme leur Sauveur n'entrent pas dans cette vie glorieuse qu'offre l'Évangile.

Pourquoi pas? La raison en est très souvent qu'une bonne base n'a pas été posée au début de leur vie chrétienne.

Notre vie après que nous soyons nés de nouveau peut être comparée à une maison en construction. Nous savons tous que la partie la plus importante d'une maison est sa fondation.

S'il y a une fissure au troisième étage, la cause peut généralement être attribuée à une fondation défectueuse.

C'est la même chose avec nos vies. Des années après que nous ayons placé notre confiance en Christ, nous pouvons subir les conséquences d'une fondation défectueuse posée au début.

Le Nouveau Testament nous promet une vie de victoire sur le péché.

Regardez la promesse de Dieu dans Romains 6.14: «Le péché ne dominera pas sur vous, parce que vous n'êtes pas sous la loi, mais sous la grâce.»

Il nous commande aussi de vivre une vie de joie continuelle, et totalement libre d'anxiété. Voir Philippiens 4:4, 6 «Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ........... Ne vous inquiétez de rien ........»

Rappelez vous que Dieu ordonne uniquement ce qu'Il nous permettra de faire.

Ses commandes sont donc dans un certain sens les promesses de ce qu'Il peut nous donner la grâce d'atteindre! Les commandes ci-dessus sont donc une promesse que Dieu peut nous permettre de vivre une vie de joie perpétuelle et totalement libre d'anxiété.

Il y a beaucoup plus de promesses glorieuses comme celles-ci dans le Nouveau Testament. Mais celles que nous avons mentionnées suffiront à montrer que l'Évangile est en effet une bonne nouvelle.

Pourtant, la triste vérité est que la plupart des chrétiens qui affirment avoir accepté l'Évangile ne vivent pas le genre de vie décrite dans les versets ci-dessus.

Le but de ce livre est de vous permettre de poser une fondation solide dans votre vie, afin que le dessein complet de Dieu pour votre vie puisse être accompli.

Continuez donc à lire et laissez l'Esprit Saint parler à votre coeur.

Cela pourrait être le début d'un nouveau chapitre dans votre vie tout compte fait .....

Chapitre 1
REPENTANCE

Jésus a dit que la bonne manière d'entrer dans Sa bergerie (Son royaume) était par la porte. Mais Il dit que certains tenteraient d'entrer en escaladant le mur (Jean 10:1).

Le moyen que Dieu a établi pour que l'homme soit sauvé, c'est par la repentance et la foi dans le Seigneur Jésus Christ. C'est le seul moyen! Dieu ne peut jamais accepter un homme qui essaie de monter par ailleurs.

Jean-Baptiste, qui est venu préparer le chemin du Seigneur prêchait la repentance. C'était la seule façon dont la nation d'Israël pouvait être préparée à recevoir Jésus comme leur Sauveur. Il n'y a pas d'autre moyen pour nous non plus.

Repentance et foi

La plupart des croyants d'aujourd'hui ne semblent pas avoir la profondeur ou le dévouement ou le pouvoir que les premiers chrétiens avaient.

À votre avis, quelle en est la raison?

La raison principale est qu'ils ne se sont pas repentis correctement.

Ils ont cru en Jésus-Christ, bien. Mais ils ont cru sans se repentir d'abord. Et ainsi leur conversion a été superficielle.

Il suffit de regarder ces paroles d'un hymne bien connu:

 «Le plus vil délinquant qui croit vraiment

A partir de ce moment, il reçoit le pardon de Jesus.»

Est-ce réellement vrai - que le plus vil délinquant peut bénéficier d'une grâce simplement en «croyant vraiment?»

N'a-t-il pas besoin de se repentir d'abord?

Vous pourrez dire que la vraie foi implique aussi la repentance. Mais à moins que cela ne soit expliqué au plus vil délinquant, il peut s'en aller en pensant qu'il est né a nouveau, simplement parce qu'il a cru. Et il peut s'en aller trompé.

Le message que Jésus Lui-même a prêché était: «Repentez-vous et croyez à l'Évangile» (Marc 1:15). Il ordonna à Ses apôtres de prêcher le même message (Luc 24:47). Et c'est exactement ce qu'ils ont fait (Actes 20:21).

La Parole de Dieu est très claire sur ce point. Le repentance et la foi ne peuvent pas être séparées si vous voulez être bel et bien converti. Dieu a uni ces deux ensembles. Et ce que Dieu a uni, nul ne doit séparer.

La repentance et la foi sont en fait les deux premiers éléments de la fondation de la vie chrétienne (Hébreux 6:1). Si vous ne vous êtes pas repentis correctement, alors vous pouvez être sûrs que votre fondation est défectueuse. Et donc, bien sûr, l'ensemble de votre vie chrétienne sera instable.

La Bible dit que «La crainte de l'Éternel est le commencement (ou l'ABC) de la sagesse» (Proverbes 9:10). Et si nous craignons vraiment l'Éternel, nous nous détournerons du péché (Proverbes 3:7).

Ainsi, ceux qui ne se sont pas repentis et détournés du péché, n'ont pas même appris l'ABC de la vie chrétienne.

Fausse et vraie repentance

Si vous vous êtes repenti, vous devez vous assurer que vous vous êtes véritablement repenti. Car Satan a aussi sa repentance de contrefaçon, avec laquelle il trompe les gens.

Satan sait que la plupart des gens vivent selon un seul commandement qui dit: «Tu ne te feras pas attraper»! Et il leur enseigne donc des voies et des moyens de pécher sans se faire attraper par quiconque.

Même un voleur se sentira désolé s'il se fait attraper. Mais ce n'est pas la repentance.

Nous voyons quelques exemples dans la Bible de ceux dont la repentance était fausse.

Quand le roi Saul a désobéi à Dieu, il a admis à Samuel qu'il avait péché. Mais il ne voulut pas que les gens le sachent. Il recherchait encore l'honneur des hommes. Il ne s'était pas vraiment repenti. Il était juste désolé d'avoir été attrapé (1 Samuel 15:24-30). C'était la différence entre lui et le roi David qui a ouvertement reconnu sa faute quand il est tombé (Psaumes 51).

Le roi Achab était un autre comme Saul. Il se sentit vraiment désolé pour lui-même quand Élie l'avertit que Dieu allait le juger. Il alla meme jusqu'a mettre un sac sur lui-même et pleura pour son péché (1 Rois 21:27-29). Mais il ne s'était pas vraiment repenti. Il avait tout simplement peur du jugement de Dieu.

Le cas de Judas Iscariot est un exemple clair de fausse repentance. Quand il vit que Jésus avait été condamné à mort, il se sentit mal et dit: «J'ai péché» (Matthieu 27:3-5). Mais il fit sa confession aux prêtres - comme certains le font encore aujourd'hui! Il ne se repentit pas - même s'il se peut qu'il se soit senti triste de ce qu'il avait fait. S'il s'était vraiment repenti, il serait allé vers le Seigneur dans le brisement et aurait demandé pardon. Mais il ne l'a pas fait.

Il y a beaucoup de choses que nous pouvons apprendre de ces exemples - quant à ce que la repentance n'est pas!

La vraie repentance signifie «tournés des idoles vers Dieu» (1 Thessaloniciens 1:9).

Les idoles ne sont pas seulement celles qui sont faites de bois et de pierre trouvées dans les temples païens. Il y a des idoles aussi dangereuses que les gens adorent et qui n'ont pas l'air si laides. Ce sont les idoles du plaisir, du confort, de l'argent, de la réputation, vouloir son propre chemin, etc.

Chacun d'entre nous les a adorées durant de nombreuses années. Se repentir signifie arrêter d'adorer ces idoles et se détourner d'elles pour se tourner vers Dieu.

La vraie repentance affectera notre personnalité toute entière - notre esprit, nos émotions et notre volonté.

Tout d'abord, la repentance signifie que nous changions d'esprit au sujet du péché et du monde. Nous réalisons que notre péché nous a séparés de Dieu. Nous voyons aussi que tout le mode de vie de ce monde est anti-Dieu. Et nous voulons nous détourner de ce mode de vie déshonorant Dieu.

Deuxièmement, la repentance implique nos émotions. Nous nous sentons tristes de la façon dont nous avons vécu (2 Corinthiens 7: 10). Nous nous haïssons pour nos actions passées, et plus que cela, nous détestons le plus grand mal que nous voyons en nous et que nul autre ne peut voir (Ézéchiel 36:31).

Nous pleurons et nous lamentons d'avoir tant blessé Dieu par la façon dont nous avons vécu. Ce fut la réaction de beaucoup de grands hommes dans la Bible quand ils ont pris conscience de leurs péchés. David (Psaumes 51), Job (Job 42:6) et Pierre (Matthieu 26:75) - tous ont pleuré amèrement quand ils se sont repentis de leurs péchés.

Jésus et les apôtres nous ont encouragé à pleurer et à mener deuil pour nos péchés (Matthieu 5:4; Jacques 4:9). C'est le chemin du retour à Dieu.

Enfin, la repentance affecte notre volonté. Nous devons fléchir notre propre volonté obstinée - «vouloir notre propre chemin» - et faire de Jésus le Seigneur de notre vie. Cela signifie que nous sommes prêts à faire tout ce que Dieu veut que nous fassions, à partir de maintenant, quel qu'en soit le coût et aussi humiliant que cela puisse être.

Le fils prodigue revint vers son père comme un jeune homme brisé, livré, qui était prêt à faire tout ce que son père lui disait. C'est la vraie repentance (Luc 15:11-24).

Nous n'avons pas à confesser à Dieu chaque péché particulier que nous ayons jamais commis. Il serait impossible de se souvenir de chacun d'eux de toute façon. Le fils prodigue ne l'a pas fait! Tout ce qu'il a dit fut: «Père, j'ai péché.»Et c'est aussi tout ce que nous avons besoin de dire.

Mais rappelez-vous que Judas Iscariot a aussi dit: «J'ai péché». Cependant il y avait une différence comme le jour et la nuit entre sa confession et la confession du fils prodigue. Dieu n'écoute pas seulement les mots que nous disons. Il perçoit l'esprit derrière les mots, et traite avec nous en conséquence.

Le fruit de la repentance

Jean-Baptiste disait aux pharisiens de produire du fruit qui convienne à la repentance (Matthieu 3:8). Si nous nous sommes vraiment repentis, cela changera tout notre mode de vie.

L'une des premières choses que nous devrions faire, après que nous nous soyons repentis, est d'effectuer la restitution pour les torts que nous avons faits dans notre vie.

Nous lisons sur Zachée dans les évangiles, qu'il fut convaincu de ses péchés dès que Jésus entra dans sa maison (Luc 19:1-10). Zachée était un homme qui aimait l'argent. Mais il comprit ce que la repentance impliquait. Il savait que s'il allait être un disciple de Jésus, il devrait réparer tous les torts qu'il avait faits dans sa vie.

Cela signifiait une grande perte d'argent pour lui, car il avait escroqué tellement de gens! Mais il décida d'être sans réserve dans sa repentance. Et ainsi il dit au Seigneur qu'il donnerait la moitié de son argent aux pauvres et puis qu'il rendrait le quadruple de ce qu'il avait escroqué aux autres.

Ce n'est que lorsque Zachée déclara qu'il ferait la restitution, que Jésus a dit que le salut était venu à cette maison. Une volonté d'effectuer une restitution est l'une des preuves d'un véritable salut (Luc 19:1-10).

L'homme sage, dans la parabole que Jésus a dite, a creusé profondément et posé son fondement sur le roc sous les couches de sable (Luc 6:48). L'homme insensé a également construit sa maison dans la même zone. Mais il n'a pas creusé assez profondément. Il a posé sa fondation superficiellement sur le sable.

Nous pourrions appliquer cette parabole à la vraie et à la fausse repentance. Ce n'est que lorsque nous prenons soin de faire une restitution complète dans notre vie que nous creusons profondément.

Quand nous venons vers le Christ, il est bon de prendre du temps, tout au début, pour régler toutes les questions relatives à notre vie de non converti et qui ont besoin d'être réglées. Si nous sommes superficiels ici, et passons sous silence certaines questions, nous découvrirons que notre fondation reste faible et que notre maison s'effondrera un jour.

Ce que la restitution implique

Qu'est-ce que la restitution implique?

Cela signifie que si vous avez trompé le gouvernement de taxes, etc, vous devez maintenant rembourser ces taxes. Parfois, il peut ne pas être possible de rembourser le montant au département concerné. Mais là où il y a une volonté, il y aura toujours une solution - si nous voulons obéir à Dieu! Nous pouvons acheter des timbres Poste ou des billets de chemin de fer et les détruire, pour s'assurer que l'argent que nous devons au gouvernement lui revient en effet.

Si vous avez escroqué des gens, vous devriez également présenter des excuses en faisant le remboursement. Dites-leur également comment le changement s'est produit dans votre vie! Si vous trouvez que vous n'avez pas le courage de le faire tout seul, prenez un frère avec vous, pendant que vous effectuez la restitution.

Si vous n'êtes pas en mesure de régler toutes vos dettes à la fois, ça ne fait rien. Faites-le en tranches. Mais faites un début - même si c'est avec seulement cinq euros! Dieu a accepté Zachée le jour où il a décidé de rembourser ses dettes - et non après qu'il ait terminé tous ses remboursements!

Si vous avez trompé quelqu'un et que vous ne savez pas où il vit maintenant, alors vous devriez retourner l'argent à Dieu - le Propriétaire original de tout l'argent. C'est la règle que Dieu institua pour les Israélites (Nombres 5:6-8).

Nous devons en tout cas, ne jamais avoir de l'argent avec nous qui a été obtenu illégalement. Dieu ne peut jamais bénir ce genre d'argent.

Si nous avons attristé ou fait du tort à quelqu'un, de quelque manière qui n'implique pas d'argent, alors nous devrions aller nous excuser auprès de lui et lui demander pardon.

Je connais des frères qui ont économisé de l'argent pendant des mois et ensuite vidé leurs comptes bancaires en vue de restituer au gouvernement pour les taxes et droits de douane sur lesquels ils avaient fraudé. Et Dieu les a bénis avec quelque chose de mieux qu'un compte en banque considérable!

Je connais aussi d'autres qui ont soigneusement calculé les tarifs pour les fois où ils ont voyagé sans acheter de billets pour le bus et les trains et qui ont remboursé les montants. Ceux qui sont fidèles dans les petites choses sont ceux qui feront de grandes choses pour Dieu.

Je connais aussi certains qui sont allés auprès des autorités universitaires avec leurs attestations de diplôme et ont reconnu avoir triché dans leurs examens finaux. Ils étaient prêts à sacrifier leurs diplômes, si nécessaire, afin d'avoir une conscience claire. Dieu a généralement donné à de tels croyants grâce aux yeux des autorités, de sorte qu'ils ont été pardonnés.

Mais il se peut que ça ne se résolve pas toujours comme ça. Dans votre cas, Dieu peut permettre à l'université de retirer votre diplôme! Mais alors ce sera la volonté parfaite de Dieu pour vous.

Je connais un frère qui a écrit une lettre d'excuses à quelqu'un auquel il avait volé un petit timbre de nombreuses années plus tôt. Un vol est un vol, aussi petite que

puisse être la valeur de l'objet volé. C'est dans les petites choses que notre fidélité est testée.

Je ne suggère pas que vous vous torturiez maintenant, en essayant de farfouiller dans votre mémoire les petits torts que vous avez faits dans votre vie passée. Non. Vous n'avez pas à le faire. Dieu va vous rappeler ce qui doit être réglé; et vous avez seulement besoin de régler ce que Dieu vous rappelle.

Il y aura aussi des cas où vous ne pouvez absolument rien faire, parce que le tort causé est si compliqué. Dans ce cas, tout ce que vous pouvez faire est d'exprimer votre chagrin à Dieu et demander Sa miséricorde.

Nous ne devons en aucun cas, permettre à Satan de continuer à nous faire nous sentir coupables et condamnés à jamais, simplement parce que nous ne pouvons pas redresser un cas particulier. Dieu comprend notre situation pleinement - et Il ne nous torture pas. Si vous avez un esprit bien disposé, Dieu acceptera tout ce que vous êtes en mesure de faire - même si ce n'est rien (2 Corinthiens 8:12).

Louez Dieu qu'Il soit si miséricordieux!

Dieu honorera ceux qui L'honorent (1 Samuel 2:30). Et une des façons dont nous L'honorons est en étant fidèles dans les petites choses.

Si nous ne faisons pas la restitution, nous allons traîner une chaîne avec nous, tout au long de notre vie. Dieu va nous tester pour voir si nous attachons plus de valeur à une conscience claire qu'à notre argent, notre honneur, nos diplômes et même notre travail.

Beaucoup échouent le test. Mais, Dieu soit loué, qu'il y a un reste, dans chaque génération, de ceux qui aiment Dieu plus que tout au monde.

Pardonner aux hommes

La repentance inclut également pardonner ceux qui nous ont fait du mal de quelque manière que ce soit.

Jésus a dit: «Si vous ne pardonnez pas aux hommes leurs fautes, votre Père ne pardonnera pas non plus vos fautes» (Matthieu 6:15).

Il a poursuivi en disant que nous devons pardonner aux autres de tout notre coeur, et pas seulement superficiellement (Matthieu 18:35).

Il est impossible d'être pardonnés par Dieu, si nous ne pardonnons pas les autres de tout coeur et complètement.

Il se peut que nous ne soyons pas capables d'oublier ce que les autres nous ont fait. Mais nous pouvons certainement refuser de penser au mal qu'ils ont fait, chaque fois que nous sommes tentés de le faire.

Peut-être que quelqu'un vous a blessé si gravement que vous trouvez vraiment difficile de lui pardonner de tout coeur. Demandez à Dieu de vous aider à pardonner, et vous verrez qu'Il est plus que disposé à vous donner aussi bien l'envie que le pouvoir de pardonner qui que ce soit.

Quand on pense aux millions de péchés que Dieu nous a pardonnés si librement, il ne devrait pas être difficile pour nous de pardonner aux autres de la même manière. C'est lorsque nous ne pardonnons pas aux autres que Satan obtient le pouvoir sur nous.

«Pardonnez», dit Paul, «afin que Satan n'ait pas le dessus sur nous» (2 Corinthiens 2:10,11).

Une attitude changée envers Satan

Il y a un domaine de plus où les choses doivent être réglées - et c'est le domaine du contact avec Satan et les mauvais esprits.

Si vous avez touché à l'astrologie, au culte des idoles, à la chiromancie (lecture des lignes de la paume de la main), à la magie noire, etc., ou si vous avez été intéressés par la musique rock et les drogues nuisibles, vous devez renoncer à ces contacts avec Satan - même si certains de ces contacts peuvent avoir été faits inconsciemment.

La première chose que vous devriez faire est de détruire (pas vendre, mais détruire) toutes les idoles, les livres occultes et amulettes, etc., que vous pouvez avoir (Voir Actes 19:19). Ensuite, vous devriez prier en disant:

«Seigneur Jésus, je renonce à tout contact que j'ai eu avec Satan, sciemment ou inconsciemment».

Alors dites directement à Satan:

« Je te résiste Satan, au Nom de Jésus-Christ mon Seigneur et Sauveur. Tu ne peux plus me toucher, car maintenant j'appartiens au Seigneur Jésus-Christ. »
Jacques 4:7 dit: «Soumettez-vous à Dieu. Résistez au diable, et il s'enfuira de vous. » C'est ainsi que Satan n'aura plus d'emprise sur vous.

Si nous continuons à marcher avec le Seigneur, Il va nous donner de plus en plus de lumière sur les différents domaines de notre vie. Ça pourrait être dans la mondanité de notre habillement ou parole ou dans la rigueur de notre ton de voix, ou dans la façon dont nous sommes souillés par nos habitudes de lecture, etc. Ainsi nous allons découvrir sans cesse de nouveaux domaines où nous devons nous repentir et être nettoyés.

Nous devrions marcher sur ce chemin de repentance constante toute notre vie.

Chapitre 2
FOI

La repentance est la première partie de la fondation de la vie chrétienne. La foi est la seconde.

Avoir la foi en Dieu signifie Lui faire confiance et croire ce qu'Il a dit dans Sa Parole, en dépit de ce que nos sentiments peuvent nous dire ou de ce que d'autres personnes peuvent nous dire. C'est aussi simple que cela.

Voici trois faits concernant Dieu:

  1. Il nous aime infiniment,
  2. Il est absolument sage, et
  3. Il est Tout-Puissant.

Est-il difficile de croire à ces faits? Non. Eh bien, il ne devrait pas être difficile pour nous de faire confiance à Dieu de tout notre coeur.

Quand Ève a écouté la voix de Satan dans le jardin d'Eden, c'était un échec de la foi. Elle ne croyait pas que les commandements de Dieu étaient pour son bien. Elle a désobéi à Dieu, parce qu'elle n'avait pas la foi dans Son amour parfait pour elle.

La foi de recevoir les dons de Dieu

Dieu a beaucoup de choses merveilleuses à nous donner. Tous Ses dons sont des dons de la grâce. Mais nous avons besoin de foi pour recevoir ces dons.

La Bible dit que nous sommes sauvés «par la grâce..., par le moyen de la foi »(Éphésiens 2:8). La grâce est la main de Dieu descendant sur nous chargée avec les bénédictions du ciel. La foi est notre main se tendant vers le haut et prenant les bénédictions de la main de Dieu.

Dieu nous offre tout d'abord le pardon de nos péchés. Si nous nous sommes repentis, alors tout ce que nous avons à faire maintenant c'est de tendre notre main et prendre ce que Dieu nous offre gratuitement. Nous n'avons pas à travailler pour cela ou payer pour cela. Cela a déjà été payé au Calvaire. Tout ce que nous avons à faire maintenant est de dire: «Merci, Père» et de le prendre. C'est la foi.

Lorsque nous ne prenons pas ce que Dieu nous offre, nous sommes en fait en train de L'insulter. Nous méprisons Ses cadeaux. Peut-être que nous pensons que Dieu nous taquine, de la manière dont certaines personnes taquinent les enfants en tendant la main avec des cadeaux puis en la retirant, juste au moment où les enfants tendent la main pour prendre ces cadeaux! Mais Dieu n'est pas mesquin ou mauvais comme ces personnes. Il est un Père plein d'amour. Il aspire vraiment à nous donner de bons cadeaux.

C'est pourquoi la Bible dit que « sans la foi il est impossible de plaire à Dieu » - quoi que nous puissions faire d'autre (Hébreux 11:6).

Si nous faisons confiance à Dieu, il ne pardonnera pas seulement nos péchés, Il va aussi nous libérer de la puissance du péché.

Comment pouvons-nous avoir la foi? Il y a une seule façon. La Bible dit que «la foi est de ce qu'on entend, et ce qu'on entend par la parole de Dieu» (Romains 10:17). En d'autres termes, comme nous permettons à Dieu de nous parler à travers Sa Parole, nous obtiendrons la foi. C'est comme ça aussi que notre foi augmente.

À travers la Parole de Dieu, nous savons que Christ est mort pour nos péchés et est ressuscité d'entre les morts, et que si nous nous repentons et Lui faisons confiance, nous pouvons recevoir immédiatement un pardon complet et gratuit pour nos péchés. Le Saint-Esprit rend alors témoignage à notre coeur que ceci est vrai. Grâce

à ce double témoignage de la Parole de Dieu et de l'Esprit Saint, nous pouvons être absolument sûrs que Dieu nous a pardonné et que nous sommes vraiment Ses enfants.

L'assurance de la foi

Dieu veut que nous ayons une parfaite assurance dans notre coeur que nous sommes vraiment Ses enfants. Il ne veut jamais que nous soyons dans le doute sur ce fait.

Satan tentera de son mieux pour nous maintenir dans le doute. Mais nous n'avons jamais besoin d'être dans le doute, car Dieu nous a donné beaucoup de promesses dans Sa Parole pour nous assurer.

Il suffit de voir ces promesses: Jésus dit:«Je ne mettrai point dehors celui qui vient à moi ......En vérité, en vérité, je vous dis : Celui qui croit en moi, a la vie éternelle»(Jean 6: 37,47).

«Mais à tous ceux qui l'ont reçu (le Seigneur Jésus-Christ), il leur a donné le droit d'être enfants de Dieu» (Jean 1:12).

Le Seigneur dit: «Je serai clément à l'égard de leurs injustices, et je ne me souviendrai plus jamais de leurs péchés ni de leurs iniquités» (Hébreux 8:12).

Mettre notre foi dans les promesses de Dieu peut être comparé à poser nos pieds sur un pont solide en traversant une rivière. Si le pont est fort, ce n'est pas grave même si nos pieds sont faibles. Qu'est donc une foi forte alors? C'est d'avoir confiance en un Dieu fort et en Ses promesses.

Nos sentiments sont souvent très trompeurs. Nous ne devrions jamais leur faire confiance. Il y a une parabole de trois hommes appelés Fait, Foi et Sentiment qui marchaient l'un derrière l'autre sur un mur étroit. Fait marchait devant et Foi marchait derrière lui et Sentiment suivait à l'arrière. Tant que Foi gardait les yeux sur Fait en face de lui, tout se déroulait bien. Sentiment suivait derrière lui parfaitement.Mais dès que Foi se retourna pour voir comment Sentiment suivait, il chuta et tomba mort, et Sentiment tomba mort aussi. Fait, cependant, continua à marcher le long du mur sans être troublé!

La leçon de la parabole est évidente. La Parole de Dieu se compose de faits immuables. Si notre foi regarde fixement la Parole de Dieu seule, il n'y a aucun danger de jamais tomber, et les sentiments vont suivre en temps voulu. Mais si nous commençons à regarder nos sentiments, alors nous pouvons facilement trébucher et tomber dans le découragement et la condamnation.

La confession de foi

La Bible dit que nous devons confesser ce que nous croyons. «Si tu confesses de ta bouche Jésus comme Seigneur et que tu croies dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé. Car du coeur on croit à justice, et de la bouche on fait confession à salut.»(Romains 10: 9,10).

La confession de notre bouche est importante. Confesser la Parole de Dieu signifie dire la même chose que Dieu dit. Cela ne devrait pas être difficile car cela signifie simplement dire «Amen» ( «Ainsi soit-il») aux promesses de Dieu.

La première fois que le mot «croire» est utilisé dans les Écritures, c'est dans Genèse chapitre 15. Nous y lisons que Dieu a dit à Abraham, quand il n'avait pas d'enfant, qu'il allait avoir autant d'enfants que les étoiles dans le ciel. Et il est dit que «Il (Abram)crut l'Éternel» (verset 6). Le mot hébreu pour «croire» ici est «aman», à partir

duquel on obtient le mot «Amen», signifiant «Ainsi soit-il.» Ainsi tout ce qu'Abram fit fut de dire «Amen» à la promesse de Dieu.

C'est ce que la vraie foi est - dire «Amen» à Dieu.

Nous lisons plus loin qu'Abram s'appela lui-même par le nouveau nom que Dieu lui donna - Abraham (qui signifie «le père d'une multitude»). Sarah, sa femme était toujours sans enfant. Mais cela ne fit aucune différence pour Abraham. Il continua à s'appeler le père d'une multitude, car il croyait ce que Dieu avait dit (Genèse 17:5).

Telle est la confession de foi - confesser ce que Dieu a dit, même quand nous n'avons pas vu l'accomplissement de la promesse.

C'est tout ce que Dieu nous demande de faire - dire la même chose qu'Il a dit dans Sa Parole. Lorsque nous confessons les promesses de Dieu, nous exprimons notre foi en Dieu et Dieu est capable de travailler pour notre compte.

C'est par la «parole de notre témoignage» que nous vainquons Satan (Apocalypse 12:11). Satan, l'accusateur, essaie toujours de nous priver de l'assurance de notre salut et de notre assurance devant Dieu. Nous devons citer les promesses de Dieu directement à Satan si nous voulons le vaincre.

Jésus Lui-même a vaincu Satan en citant l'Écriture, lui disant «Il est écrit ...Il est écrit ...Il est écrit »(Matthieu 4:1-11).

Si nous doutons de la Parole de Dieu, nous faisons de Dieu un menteur. Mais quand nous confessons la Parole de Dieu à Satan, nous prenons parti avec Dieu et Sa Parole contre Satan et ses mensonges. De cette façon, nous disons aussi à Satan que nous croyons que ce que Dieu a dit est vrai, en dépit de ce que nos circonstances et nos sentiments peuvent nous dire.

Il s'agit de la confession de foi.

Chapitre 3
ÉLECTION ET JUSTIFICATION

L'élection par Dieu de Ses enfants et le fait qu'Il les justifie sont deux vérités glorieuses que le Nouveau Testament nous enseigne.

Élection

La Bible dit que Dieu nous a élus pour être Ses enfants selon sa préconnaissance (1 Pierre 1:1,2). Cela signifie qu'il savait de toute éternité ceux qui allaient être Ses enfants.

La Bible dit aussi que Dieu nous a choisis en Christ «avant la fondation du monde» (Éphésiens 1:4). Bien avant qu'Adam fut même créé, Dieu connaissait chacun de nous par son nom comme Ses enfants, et nos noms étaient là, dans «le livre de vie» (Apocalypse 13:8).

Ce sont des faits qui devraient nous donner une énorme sécurité.

La Bible dit que la fondation de Dieu sur laquelle nous nous trouvons a un sceau double. Sur le côté sous la tutelle de Dieu, on y lit: «Le Seigneur connaît ceux qui sont Siens.» Sur le côté sous la tutelle de l'homme, on y lit: «Qu'il se retire de l'iniquité, quiconque prononce le nom du Seigneur.» (2 Timothée 2:19).

Dieu connaissait Ses enfants dès avant la fondation du monde. Mais NOUS savons que nous sommes Ses enfants seulement lorsque nous nous repentons effectivement et nous tournons vers Lui. Notre esprit fini ne peut pas saisir comment Dieu élit Ses enfants et malgré tout donne à l'homme la liberté de Le choisir ou non. Ce sont comme deux lignes parallèles qui ne semblent pas se rencontrer dans notre entendement. Mais telle qu'est la définition mathématique de lignes parallèles, elles se rencontrent à l'infini - dans l'esprit infini de Dieu.

Quelqu'un l'a exprimé ainsi: Comme vous marchiez le long de la route de la vie, vous avez trouvé une porte ouverte un jour, avec ces mots écrits dessus: «Celui qui se repent et croit en Christ peut entrer ici et obtenir la vie éternelle.» Vous êtes entré. En regardant en arrière, vous avez vu écrit sur la porte même à travers laquelle vous veniez d'entrer, les mots «Tu avais été choisi par Dieu en Christ, dès avant la fondation du monde.»

Justification

Le pardon de nos péchés enlève la culpabilité du passé. Mais cela ne nous rend pas parfaitement saint. Et ainsi, nous ne pouvons pas nous tenir devant un Dieu parfaitement saint. Et ainsi Dieu devait faire quelque chose de plus pour nous.

Il devait nous justifier!

Justification signifie que Dieu a mis la justice parfaite de Christ à notre crédit. Le résultat est que notre position devant Dieu est maintenant aussi parfaite que celle de Christ! C'est un fait stupéfiant! Et c'est vrai! C'est comme si des millions d'euros étaient mis sur un compte bancaire au nom d'un mendiant - de l'argent qu'il n'a pas gagné ni mérité, mais qui lui a été donné comme un don gratuit.

Être justifié, c'est être accepté par Dieu, exactement comme si nous n'avions jamais péché dans notre vie entière et comme si nous étions parfaitement juste dans notre vie actuelle.

La Parole de Dieu dit: «Ayant donc été justifiés sur le principe de la foi, ...nous avons trouvé aussi accès, par la foi, à cette faveur dans laquelle nous sommes» (Romains 5:1,2). Maintenant, nous pouvons hardiment entrer en présence de Dieu sans aucune crainte ni hésitation à tout moment. Dieu Lui-même a ouvert la voie pour cela.

Dans le jardin d'Eden, dès q'Adam et Ève péchèrent, ils se sentirent coupables et honteux et se couvrirent avec des feuilles de figuier. Dieu enleva leurs feuilles de figuier, tua un animal et les revêtit de sa peau.

Ces feuilles de figuier sont une image de nos propres bonnes oeuvres. Comme des feuilles de figuier, nos bonnes oeuvres ne peuvent pas couvrir notre nudité devant Dieu, car la Bible dit que même les meilleures de nos oeuvres sont comme un vêtement souillé aux yeux de Dieu (Ésaïe 64:6).

Cet animal tué était une image de Christ mis à mort pour nos péchés. La peau était une image de la justice parfaite de Christ donnée pour nous couvrir (Genèse 3:7,21).

La justification est un don gratuit de Dieu. Aucun homme ne peut être justifié devant Dieu sur la base de ses propres oeuvres. Un extrême de l'erreur est donc de dire «Essayons d'être justes afin d'être justifiés par Dieu.»

Il y a cependant un extrême opposé de l'erreur aussi. Et c'est de dire: «Si nous sommes élus et justifiés, alors cela n'a pas d'importance même si nous péchons maintenant.» Ceux qui prennent le péché à la légère, parce qu'ils pensent que Dieu les a choisis et justifiés, prouveraient ainsi qu'ils ne sont pas parmi les élus de Dieu du tout. (Comparez Romains 4:5 avec Jacques 2:24).

Une fois que nous sommes sûrs que nous avons été élus et justifiés, les accusations de Satan vont perdre leur effet sur nous. Car «Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?» (Romains 8:31). Plus jamais dans notre vie n'avons nous besoin de nous ressentir condamnés ou rejetés par Dieu.

«Qui intentera accusation contre des élus de Dieu ? C'est Dieu qui justifie»(Romains 8:33-34). Alléluia!

Telle est la bonne nouvelle de l'Évangile! Il n'est donc pas surprenant que Satan a empêché de nombreux croyants de savoir qu'ils ont été élus et justifiés par Dieu.

Chapitre 4
ÊTRE DISCIPLE

Quand Jésus a dit à Ses apôtres d'aller dans chaque nation et de faire des disciples, ils n'avaient aucun doute dans leur esprit quant à ce qu'Il voulait dire. (Matthieu 28:19). Car Il avait déjà expliqué ce que signifiait être Son disciple.

Luc 14: 25-35 révèle le plus clairement les trois conditions pour être disciple. Jésus y parle d'un homme qui, ayant posé les fondations d'une tour, ne pouvait pas l'achever, parce qu'il était incapable de payer le coût de la construction (v. 28-30). Cela prouve que cela coûte quelque chose d'être disciple. Jésus nous a dit de nous asseoir d'abord et de compter ce coût avant même de commencer à construire.

Dieu ne veut pas que nous attendions de nombreuses années après que nos péchés soient pardonnés, avant de comprendre ce que signifie vraiment être disciple. Jésus parlait aux gens au sujet du coût d'être disciple, dès qu'ils venaient à Lui.

Il a dit qu'un croyant qui ne voulait pas être un disciple était aussi inutile à Dieu que le sel qui a perdu sa saveur (Luc 14:35).

«Haïr» notre famille

La première condition pour être disciple, c'est que nous devons couper l'amour naturel, démesuré que nous avons pour nos parents.

Jésus dit: «Si quelqu'un vient à moi, et s'il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses soeurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple.» (Luc 14:26).

Ce sont des mots forts. Que veut dire «haïr»? Haïr est la même chose que tuer (1 Jean 3:15). Ce qu'on nous demande de mettre à mort ici, c'est l'affection naturelle que nous avons pour notre famille.

Est-ce que cela signifie que nous ne devons pas les aimer? Non. Çà ne signifie certainement pas cela. Quand nous renonçons à notre affection humaine pour eux, Dieu la remplacera par de l'amour Divin. Notre amour pour notre famille sera alors pur - dans le sens où Dieu sera toujours le premier dans nos affections, et non pas nos parents.

Beaucoup n'obéissent pas à Dieu parce qu'ils ont peur d'offenser leur père, mère ou épouse, etc. Le Seigneur demande la première place dans notre vie. Et si nous ne Lui donnons pas cette place, nous ne pouvons pas être Ses disciples du tout.

Regardez le propre exemple de Jésus. Bien qu'Il aimait Sa mère veuve, Il ne lui a jamais permis de L'influencer loin de la volonté parfaite de Son père, même dans les petites choses. Nous voyons un exemple de ceci aux noces de Cana, où Jésus a refusé d'agir sur l'incitation de Sa mère (Jean 2:4).

Jésus nous a aussi appris comment «haïr» nos frères. Lorsque Pierre essaya de Le détourner d'aller à la croix, Il se retourna et le réprimanda avec certains des termes les plus forts qu'Il ait jamais prononcés. Il a dit: «Va arrière de moi, Satan, tu m'es en scandale. »(Matthieu 16:23). Pierre avait fait sa proposition avec beaucoup d'amour humain. Mais Jésus le réprimanda, parce que ce qu'il avait proposé était contraire à la volonté du Père.

Le Père était toujours suprême dans les affections de Jésus. Il attend de nous d'avoir la même attitude aussi. Après Sa résurrection, Il a demandé à Pierre s'il L'aimait plus que tout autre chose sur la terre (Jean 21:15-17). Seuls ceux qui

aiment le Seigneur suprêmement se voient confier des responsabilités dans Son Église.

Le chef de l'Église d'Éphèse était en danger d'être rejeté parce qu'il avait perdu sa dévotion initiale pour le Seigneur (Apocalypse 2:1-5).

Si nous pouvons dire, comme le psalmiste: «Qui ai-je dans les cieux ? Et je n'ai eu de plaisir sur la terre qu'en toi », alors nous avons vraiment rempli la première condition pour être disciple (Psaumes 73:25).

L'amour que Jésus demande de nous n'est pas l'affection émotionnelle, sentimentale, humaine qui s'exprime en chantant des chansons exaltantes de dévotion pour Lui. Non. Si nous l'aimons, nous lui obéirons (Jean 14:21).

Haïr notre propre vie

La deuxième condition pour être disciple, c'est que nous devons haïr notre propre vie. Jésus a dit: «Si quelqu'un vient à moi, et ne hait pas sa propre vie, il ne peut être mon disciple.» (Luc 14:26).

Il a amplifié cela davantage en disant que: «Quiconque ne porte pas sa croix, et ne vient pas après moi, ne peut être mon disciple.» (Luc 14:27).

Ceci est l'un parmi tous les enseignements de Jésus qui est le moins bien compris .

Il disait que le disciple «se renonce soi-même, et qu'il prenne sa croix chaque jour» (Luc 9:23). Plus important que la lecture de notre Bible ou la prière quotidienne, nous devons nous renoncer nous-mêmes et prendre notre croix quotidiennement. Renoncer à notre Moi est la même chose que haïr notre propre vie - la vie que nous avons hérité d'Adam. Prendre la croix, c'est de mettre à mort cette vie centrée sur le Moi. Nous devons d'abord haïr cette vie, avant que nous puissions la faire mourir.

Notre vie centrée sur le Moi est le principal ennemi de la vie de Christ. La Bible appelle cela «la chair». La chair nous pousse à rechercher notre propre intérêt, notre propre honneur, notre propre plaisir, notre propre voie, etc. Si nous sommes honnêtes, nous devrons admettre que beaucoup de nos meilleures actions sont corrompues par des motifs mauvais qui découlent de notre vie centrée sur le Moi. A moins d'haïr cette chair, nous ne serons jamais en mesure de suivre le Seigneur.

C'est pourquoi Jésus parlait tant de haïr (ou perdre) notre vie.

En fait, cette phrase est répétée six fois dans l'Évangile (Matthieu 10:39; 16:25; Marc 8:35; Luc 9:24; 14:26; Jean 12:25). C'est la parole de notre Seigneur qui est répétée le plus souvent dans les Évangiles. Pourtant, c'est la moins prêchée et la moins comprise!

Haïr votre propre vie, c'est renoncer à la recherche de vos propres droits et privilèges, cesser de chercher votre propre réputation, renoncer à vos ambitions et vos intérêts, et cesser de tenter de faire votre propre chemin, etc. Vous pouvez être un disciple de Jésus, seulement si vous êtes prêts à passer par ce chemin.

Abandonner tous nos biens

La troisième condition pour être disciple, c'est que nous devons renoncer à toutes nos possessions. Jésus a dit: «Quiconque d'entre vous ne renonce pas à tout ce qu'il a, ne peut être mon disciple» (Luc 14:33).

Nos possessions sont ce que nous possédons comme nôtres. Les abandonner toutes signifie que nous ne considérons plus rien comme nôtre.

Nous voyons une illustration de cela dans la vie d'Abraham. Isaac était son propre fils - sa possession. Un jour, Dieu lui demanda d'offrir Isaac en sacrifice. Et Abraham déposa Isaac sur l'autel et était prêt à le tuer. Mais Dieu est intervenu et lui a dit que le sacrifice n'était pas nécessaire, car il avait prouvé sa volonté d'obéir (Genèse 22). Après cela, Abraham a reconnu que même s'il avait Isaac dans sa maison, il ne le possédait plus comme sien. Isaac appartenait désormais à Dieu.

C'est ce que signifie de renoncer à toutes nos possessions. Tout ce que nous avons doit être mis sur l'autel et livré à Dieu.

Dieu peut nous permettre d'utiliser certaines de ces choses. Mais nous ne pouvons plus penser à elles comme nôtres. Même si nous vivons dans notre propre maison, nous devons penser à la maison comme appartenant à Dieu; et qu'Il nous a permis d'y rester sans payer de loyer! c'est cela être un vrai disciple.

Avons-nous fait cela avec tous nos biens? Nos biens comprennent nos compte en banque, propriétés, emploi, qualifications, dons et talents, épouse et enfants et tout ce que nous estimons sur cette terre. Nous devons les mettre tous sur l'autel, si nous voulons être de vrais disciples.

Dieu veut que nous L'aimions de tout notre coeur. C'est le sens de «purs de coeur» mentionné dans Matthieu 5:8. Ce n'est pas assez d'avoir une conscience nette. Une conscience nette signifie seulement que nous avons abandonné le péché. Un coeur pur est celui qui a renoncé à tout!

Et donc, nous voyons que le fait d'être vraiment disciple implique un changement radical d'attitude à l'égard de:

  1. nos parents et proches;
  2. notre propre vie; et
  3. nos possessions.

À moins que nous ne fassions face à ces questions de front, dès le début de notre vie chrétienne, il sera impossible d'établir une bonne fondation.

Chapitre 5
BAPTÊME D'EAU

Une des dernières choses que Jésus a commandé à Ses disciples avant de monter vers le ciel était de:

  1. Aller et faire des disciples,
  2. les baptiser au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et
  3. leur enseigner à obéir à tout ce qu'Il leur avait commandé. L'ordre est important ici.

Seuls ceux qui étaient disposés à devenir des disciples devaient être baptisés. Personne d'autre.

Lorsque les bébés étaient amenés à Jésus, Il imposait les mains sur leur tête et les bénissait (voir Marc 10:13-16). Toutefois, lorsque des adultes repentants venaient à Lui, Il les faisait baptiser par Ses disciples (cf. Jean 4:1,2).

Mais aujourd'hui, que voyons-nous dans de nombreuses «Églises» ? Plutôt le contraire. Les bébés sont baptisés, et les mains sont imposées sur les têtes des adultes ( «Confirmation»)! Ceci est l'exact opposé de ce que Jésus a fait.

Le jour de la Pentecôte, alors que plusieurs furent convaincus de leur péché, Pierre leur dit de «se repentir et être baptisés». Le récit continue en disant que «ceux qui reçurent sa parole furent baptisés» (Actes 2:38,41).

Il est clair que seuls ceux qui étaient capables de recevoir intelligemment la Parole de Dieu et de se repentir furent baptisés. Et c'est ainsi que cela a été dans chacun des cas relatés dans les «Actes des Apôtres».

Ce que le baptême signifie

Romains 6:1-7 explique clairement le sens du baptême. Il nous y est dit que notre vieil homme a été crucifié avec Christ et que dans le baptême nous sommes ensevelis avec Christ dans la mort. Le vieil homme est l'esprit que nous avions durant nos jours inconvertis et qui voulait pécher. Celui-ci a été crucifié avec Christ.

Nous n'avons pas à comprendre ceci au préalable, avant que nous vivions dans la réalité de ce fait. Nous pouvons simplement croire ce que dit Dieu. Si la Parole de Dieu dit que notre vieil homme a été crucifié avec Christ, alors nous y croyons, tout aussi sûrement que nous croyons la Parole de Dieu quand elle dit que Christ Lui-même a été crucifié sur la colline du Calvaire. Ces deux vérités sont acceptées par la foi.

Le vieil homme et la chair ne sont pas la même chose. La chair est la vie du Moi en nous, qui s'oppose à la volonté de Dieu. Nous avons tous à la porter avec nous jusqu'à notre dernier jour. Nous pourrions comparer la chair à un gang de voleurs cherchant à entrer dans notre maison. Le vieil homme est comme un serviteur infidèle à l'intérieur de notre maison qui constamment ouvrait la porte pour que les voleurs entrent. c'est le serviteur infidèle qui a maintenant été tué. Les voleurs sont cependant sains et saufs! Mais nous avons maintenant un nouveau serviteur, l'homme nouveau, qui cherche à garder la porte fermée, contre ces voleurs.

Par le baptême, nous témoignons de la mort et de l'enterrement du vieil homme (le désir de pécher), et d'être ressuscités avec Christ afin que nous puissions désormais marcher «en nouveauté de vie» (Romains 6:4).

Le déluge au temps de Noé est aussi un type de baptême (1 Pierre 3:20,21). Le monde entier fut détruit par Dieu à travers ce déluge. Noé le traversa dans l'arche, et en sortit pour arriver dans un monde totalement nouveau. Le vieux monde et tout ce qu'il contenait furent enterrés sous le déluge. C'est aussi ce que nous témoignons dans le baptême - que nos anciennes relations avec le monde (et cela 18

inclut les modes mondaines et amis mondains, etc.) ont toutes été coupées et que nous arrivons maintenant hors de l'eau dans un monde totalement neuf.

Le mode de baptême

Nous arrivons maintenant à la question: comment devrions-nous être baptisés?

Le mot «baptême» n'est pas un mot anglais. À l'origine, le Nouveau Testament a été écrit en grec, et le mot «baptême» est dérivé du mot grec «bapto», qui signifie «couvrir entièrement avec un fluide» ou «immerger». Et c'est exactement ce que voulait dire le baptême pour les premiers apôtres - une immersion dans l'eau. L'aspersion d'eau sur la tête de quelqu'un n'est certainement pas le baptême.

Quand Philippe baptisa l'eunuque éthiopien, il est écrit qu'«ils descendirent tous deux à l'eau... furent remontés hors de l'eau» (Actes 8:38,39).

Au baptême de Jésus aussi, nous lisons des mots semblables - qu'il sortit de l'eau, après avoir été baptisé (Marc 1:10).

Dans le Nouveau Testament, le baptême était toujours fait par immersion. Puisque le baptême est un enterrement, il est évident que seule l'immersion peut le caractériser fidèlement. Car, après tout, on n'enterre pas les gens en aspergeant du sable sur leur tête, mais en les mettant sous la terre complètement!

Cela indique aussi clairement que seuls ceux en qui le vieil homme est mort sont qualifiés pour le baptême - ceux qui ne veulent plus pécher. Car après tout, seuls les morts peuvent être enterrés! C'est un crime d'enterrer un homme qui n'est pas mort!

Baptême dans le triple Nom

Jésus nous a ordonné de baptiser «pour le nom du Père et du Fils et du Saint Esprit» (Matthieu 28:19). Le Nom est singulier, parce que Dieu est un. Mais Jésus a révélé que bien que Dieu soit Un, il existe en Trois Personnes, qui sont distinctes les unes des autres.

Ce n'était pas le Père qui est mort pour nos péchés, ni l'Esprit Saint. C' était le Fils. Quand Jésus est monté au ciel, Il s'est assis à la droite du Père, et non à la droite du Saint-Esprit. De même, celui qu'Il a envoyé à Ses disciples pour être leur Aide, c'était le Saint-Esprit, et non le Père. Tout cela peut sembler élémentaire. Mais il est essentiel que nous ne confondions pas les trois Personnes dans la Divinité ni leurs ministères uniques dans notre rédemption.

Dans les Actes des Apôtres, nous pouvons lire encore et encore que les apôtres baptisaient les gens au Nom de Jésus-Christ (Actes 2:38, etc,).Comment cela est-il en accord avec le commandement de Jésus dans Matthieu 28:19?

Lorsque deux déclarations apparemment contradictoires se trouvent dans les Écritures, nous découvrirons dans une étude plus approfondie que les deux déclarations sont vraies.

Afin de faire apparaître clairement que le Père, le Fils et le Saint-Esprit ne sont pas une trinité païenne, les apôtres identifiaient le Fils comme Jésus Christ. Ils baptisaient donc les gens au nom du «Père, le Fils le Seigneur Jésus-Christ et le Saint-Esprit». Cela s'appelait le baptême au nom de Jésus-Christ.

L'obéissance de la foi

Le baptême devrait être le premier pas d'obéissance dans la vie d'un disciple, conduisant à une vie d'obéissance - et cette obéissance doit être l'obéissance de la foi et non l'obéissance de la raison.

Si Jésus s'était appuyé sur Sa propre raison, Il ne serait jamais allé vers Jean-Baptiste pour le baptême. Car Sa raison Lui aurait donné de nombreux arguments pour ne pas se faire baptiser - notamment parce qu'Il n'avait jamais péché. Jean lui-même ne pouvait pas comprendre pourquoi Jésus avait besoin d'être baptisé. Mais Jésus a mis de côté les arguments de la raison et simplement obéi à la voix de l'Esprit Saint (Matthieu 3:15).

«Confie-toi de tout ton coeur à l'Éternel, et ne t'appuie pas sur ton intelligence», dit la Parole (Proverbes 3:5). La raison est l'ennemi Numéro Un de la foi - parce que la raison humaine ne peut pas saisir les vérités spirituelles.

Quand nous nous faisons baptiser, la dernière partie de notre corps à aller sous l'eau est la partie supérieure de notre tête. C'est un symbole! L'autorité de notre raison est la partie de nous qui est la plus difficile à mettre à mort! Les enfants d'Adam vivent par ce que leur raison leur dit. Dans le baptême, nous attestons que nous sommes morts à ce mode de vie (de s'appuyer sur notre propre raison) et que maintenant nous vivons par la foi à toute parole qui sort de la bouche de Dieu (Matthieu 4:4; Romains 1:17).

Le baptême est méprisé par certains chrétiens comme une chose triviale. Naaman a initialement méprisé la commande d'Élisée d'aller et se plonger sept fois dans le Jourdain pour être guéri de sa lèpre. Mais ce fut quand il a obéit à cette commande simple qu'il fut guéri (2 Rois 5:10-14). C'est dans les petites choses que Dieu teste notre obéissance.

L'obéissance à Dieu ne doit jamais être retardée. Si votre vieil homme est bel et bien mort, alors il doit être enterré dès maintenant. C'est un crime de ne pas enterrer un homme qui est mort!

«Et maintenant que tardes-tu ? Lève-toi et sois baptisé»(Actes 22:16).

Chapitre 6
BAPTÊME DU SAINT-ESPRIT

Il y a deux besoins que nous avons tous. Le premier a trait au passé - le pardon de nos péchés. Le second a trait à l'avenir - l'habilitation à vivre une vie qui plaît à Dieu. Notre premier besoin est pris en charge par la mort du Christ. Pour répondre au second, Dieu nous donne la puissance de Son Saint-Esprit.

Pouvoir pour la vie et pour le service

Nous n'aurions jamais pu remplir ce premier besoin par nous-mêmes. Dieu devait le remplir. Il en est de même avec le second. Nous ne pouvons pas vivre une vie qui plaît à Dieu, ou qui accomplit toute Sa volonté, de notre propre force. Certains sont assez sages pour le reconnaître dès le début de leur vie chrétienne et ainsi ils cherchent la puissance de Dieu tout de suite. D'autres le découvrent de la manière forte - en essayant et en échouant de façon répétée pendant de nombreuses années, puis se tournant vers Dieu pour Sa puissance.

Malheureusement il y en a encore d'autres qui, après avoir chuté encore et encore à plusieurs reprises, finissent par se résigner à une vie de défaite, croyant qu'il est impossible de vivre victorieusement dans cette vie.

Cela s'applique aussi à notre service pour le Seigneur et au fait d'être un témoin pour Lui. La plupart des croyants réalisent, immédiatement après leur conversion, qu'ils devraient être des témoins pour le Seigneur. Mais ils se retrouvent souvent sans voix et impuissants. Certains l'acceptent comme une caractéristique malheureuse de leur personnalité, et renoncent à tout espoir de jamais devenir des témoins puissants pour Christ.

D'autres se rendent compte que Dieu leur a promis la puissance de l'Esprit Saint. Et c'est ainsi qu'ils cherchent Dieu pour cette puissance et la reçoivent. Et ils sont remplis d'audace et doués de dons surnaturels pour être des témoins brûlants, sans honte et efficaces pour Christ.

C'est une chose d'être né de l'Esprit. C'est comme cela que nous devenons enfants de Dieu. Mais c'est tout autre chose d'être baptisé (immergé) de l'Esprit Saint. C'est comme cela que nous devenons habilités à être ce que Dieu veut que nous soyons et à faire ce que Dieu veut que nous fassions.

Notre droit de naissance sous la nouvelle alliance

Sous l'ancienne alliance, l'Esprit Saint venait uniquement sur certaines personnes, pour leur permettre d'accomplir une tâche spécifique pour Dieu. Sous la nouvelle alliance, toutefois, l'Esprit Saint peut être reçu par tous. Il est venu pour nous montrer la gloire de Jésus et nous transformer à Sa ressemblance.

Jean-Baptiste indiqua deux ministères que Jésus accomplirait - l'un consistait à ôter les péchés et l'autre était de baptiser les gens de l'Esprit Saint (Jean 1:29,33). Nous avons besoin de faire l'expérience de ces deux choses.

La première promesse dans le Nouveau Testament est: «c'est lui qui sauvera son peuple de leurs péchés» (Matthieu 1:21). Le deuxième promesse dans le Nouveau Testament est: «Lui vous baptisera de l'Esprit Saint» (Matthieu 3:11).

Il est significatif que le Nouveau Testament commence avec ces deux promesses. Ce fut le début d'une nouvelle ère dans les relations de Dieu avec l'homme - la nouvelle alliance. Tel est donc notre double droit de naissance en tant qu'enfants de Dieu -

être délivrés de nos péchés et être baptisés de l'Esprit Saint. Et Dieu veut bien nous donner notre droit de naissance complet - et pas seulement la moitié.

Les cinq premiers livres du Nouveau Testament commencent chacun par la promesse du baptême de l'Esprit Saint (Matthieu 3:11; Marc 1:8; Luc 3:16; Jean 1:33; Actes 1:5). Pourtant, tant de chrétiens ont négligé de le réclamer pour eux-mêmes.

Des fleuves d'eau vive

L'Esprit Saint est représenté dans le Nouveau Testament comme un fleuve sortant du trône de Dieu et tombant sur la terre (Apocalypse 22:1; Actes 2:33). Se faire baptiser dans l'Esprit Saint, c'est être immergé sous cette cascade. Jésus a dit que tous ceux qui avaient soif pouvaient venir à Lui et recevoir l'Esprit Saint, afin que des fleuves d'eau vive puissent couler de leur ventre (Jean 7:37).

Cependant, l'expérience du croyant moyen est plus proche de la pompe à main - une vie de lutte et de pompage de quelques gouttes de bénédiction d'un coeur sec. Pourtant, ce ne doit pas être comme ça. Si seulement notre sécheresse nous conduisait au Seigneur, les choses pourraient être différentes. Avoir des fleuves de bénédiction coulant de nous vers tous ceux qui entrent en contact avec nous, c'est la volonté de Dieu pour notre vie.

La première étape dans cette direction consiste à reconnaître notre besoin. Beaucoup de croyants sont pris dans des disputes insensées sur les mots. Mais c'est de pouvoir dont nous avons besoin, pas d'une terminologie correcte. Quelle est l'utilité d'avoir notre terminologie correcte, si nous sommes aussi secs qu'un os? C'est beaucoup mieux d'être honnête et de venir à Dieu, confessant que des fleuves de bénédiction ne coulent pas à travers nous. Ayant fait le premier pas, nous pouvons alors faire confiance à Dieu de nous accorder ce que nous demandons.

Tout ce dont nous avons besoin pour être baptisés du Saint-Esprit sont la soif (un désir intense, né d'une grande envie de glorifier Dieu) et la foi (la confiance absolue que Dieu nous donnera ce qu'Il a promis).Demandons alors cette puissance, avec soif et avec foi, et Dieu ne nous refusera pas notre demande.

Le revêtement de puissance

Les premiers apôtres avaient tout abandonné pour suivre Jésus. Mais ils durent tout de même attendre jusqu'à ce qu'ils soient baptisés de l'Esprit Saint avant de pouvoir sortir et remplir leur ministère ordonné par Dieu.

Jésus Lui-même eut besoin d'être oint du Saint-Esprit et de puissance avant de pouvoir commencer Son ministère public (Actes 10:38). Si même Lui avait besoin de cette onction, à combien plus forte raison en avons nous besoin.

Jésus a dit à Ses apôtres d'attendre à Jérusalem jusqu'à ce qu'ils soient «revêtus de puissance» (Luc 24:49). Et juste avant de monter au ciel, Il leur a dit de nouveau que lorsque le Saint-Esprit viendrait sur eux, ils recevraient de la puissance (Actes 1:8). Le jour de la Pentecôte, l'Esprit Saint a été répandu sur eux. Et ces hommes lâches ont été immédiatement transformés en témoins audacieux, brûlants pour le Seigneur (Actes 2:1-4). Ce qu'ils ont reçu était exactement ce que Jésus leur avait dit qu'ils recevraient - de la puissance.

Ce dont nous avons besoin pour vivre la vie chrétienne n'est pas seulement une doctrine, mais la puissance de Dieu dans notre vie. Le baptême de l'Esprit Saint nous donne le pouvoir pour la piété ainsi que la puissance pour le service.

La variété du travail de l'Esprit

L'Esprit Saint est assimilé à du vent dans les Écritures, et le vent souffle de différentes façons à différents moments. «Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit», a dit Jésus (Jean 3:8). L'expérience de chaque croyant sera donc différente dans les détails extérieurs d'être baptisé dans l'Esprit Saint. Cependant, le revêtement intérieur de puissance est ce qui importe vraiment.

Dieu nous donne des «dons de puissance» par l'Esprit afin que nous puissions Le servir efficacement à l'édification de l'Église comme corps de Christ. Il est cependant Celui Qui détermine quel don chacun de nous devrait avoir.

La prophétie (la capacité de prêcher puissamment pour mettre à l'épreuve, encourager et consoler) est le plus utile de ces dons (1 Corinthiens 14:1-5). Il y a aussi des dons de service, enseignement, guérison, exhortation, donner de l'argent, leadership, etc, (Romains 12:6-8, 1 Corinthiens 12:8-10). La capacité de parler dans des langues inconnues («le don des langues») est un autre don que Dieu donne, pour nous permettre de Le prier et de Le louer, sans les limitations de notre esprit et de notre langue maternelle.

Si vous n'avez pas reçu le baptême de l'Esprit, cherchez Dieu et réclamez votre droit de naissance. Demandez-Lui également de vous fournir une assurance de cela. «Si donc vous qui êtes méchants, vous savez donner à vos enfants des choses bonnes, combien plus le Père qui est du ciel donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui le lui demandent.....Vous n'avez pas, parce que vous ne demandez pas »(Luc 11:13; Jacques 4:2).

Crions donc à Dieu de tout notre coeur, et disons comme Jacob dit à Dieu à Peniel, «Je ne te laisserai point aller sans que tu m'aies béni.» (Genèse 32:26).

Il n'y a pas de partialité avec Dieu. Ce qu'Il a fait pour d'autres, Il le fera pour vous. Même aujourd'hui, Il est le rémunérateur de ceux qui Le cherchent(Hébreux 11:6). Il est plus que désireux de donner l'Esprit Saint dans Sa plénitude à tous ceux qui désirent Le glorifier.

Chapitre 7
SANCTIFICATION

Le double message de l'Évangile se résume dans les mots de Jésus à la femme surprise dans le péché:

  1. Je ne te condamne pas, et
  2. Ne pèche plus. (Jean 8:11)
.

La justification est la ligne de départ de la course chrétienne et la sanctification est la voie sur laquelle la course est courue. Le mot «sanctifier» signifie être mis à part. Et ainsi la sanctification est le processus d'être mis à part de plus en plus du péché, du monde et de notre propre vie centrée sur le Moi.

L'objet même de notre venue à Christ a pour but que nous soyons sanctifiés - tout comme l'objet même d'un athlète venant sur la ligne de départ d'une course est de prendre part à la course. Il est inutile qu'un athlète se joigne aux autres sur la ligne de départ s'il n'envisage pas de prendre part à la course elle-même!

Le dessein de Dieu pour nous

La plupart d'entre nous sont venus à Christ d'abord avec quelque motif égoïste - pour obtenir quelque avantage pour nous-même - peut-être une guérison ou la délivrance du feu de l'enfer. Mais Dieu nous a tout de même reçus, en dépit de ce motif égoïste. Le père du fils prodigue l'aimait tellement, qu'il lui souhaita la bienvenue à son retour, même si le fils était venu chez lui uniquement pour remplir son estomac. C'est combien Dieu est bon!

Mais il serait vraiment triste si nous poursuivions dans la vie chrétienne, uniquement parce que nous voulions aller au ciel. Tandis que nous comprenons mieux le dessein de Dieu pour notre vie, nous devrions désirer l'accomplir totalement. La prière de Paul pour les chrétiens d'Éphèse était qu'ils aient les yeux de leur coeur ouvert à voir «l'espérance de Son appel» (Éphésiens 1:18).

Romains 8:29,30 nous raconte ce qu'est l'espérance de Son appel.

«Car ceux qu'il a préconnus, il les a aussi prédestinés à être conformes à l'image de son Fils, pour qu'il soit premier-né entre plusieurs frères.»

Le dessein de Dieu est que nous puissions être transformés à la ressemblance de Jésus. C'est tout ce dont il est question dans la sanctification - devenir de plus en plus comme Jésus. Il s'agit de la course chrétienne que nous sommes exhortés à courir, en fixant notre regard sur Jésus qui a couru la même course en avance sur nous (Hébreux 12:1,2).

En terminer avec le péché

La première étape de cette course est d'arrêter de pécher consciemment. Sous la Loi, il n'y avait aucune exhortation à arrêter de pécher. Mais sous la nouvelle alliance, tous les apôtres étaient d'accord que le double message de l'Évangile est exactement comme Jésus l'a dit: la libération de la condamnation et la cessation du péché.

Paul dit: «Ne péchez pas» (1 Corinthiens 15:34). Jean dit: «Je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point» (1 Jean 2:1). Pierre exhorte aussi à en finir avec le péché (1 Pierre 4:1).

Après avoir expliqué la justification par la foi dans Romains 5, Paul pose cette question: «Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché afin que la grâce abonde ? » (Romains 6:1). Et à nouveau (avec plus de force cette fois), «Quoi

donc ! pécherions-nous, parce que nous ne sommes pas sous la loi, mais sous la grâce ?» (Romains 6:15). La réponse dans les deux cas est un retentissant «Non». Nous devrions chercher à ne plus pécher, même une seule fois.

Est-ce que cela semble être un message lourd, pénible? Il ne peut être pénible que pour ceux qui veulent continuer à pécher! Mais c'est un joyeux message de libération pour ceux qui sont malades et fatigués de la captivité du péché. Tout prisonnier serait heureux s'il entendait un message qu'il pouvait être libre. Cela ne semblerait pas pénible pour lui, n'est-ce pas?

Jésus était oint pour publier «aux captifs la délivrance(du péché)...pour renvoyer libres ceux qui sont foulés (par Satan)» (Luc 4:18).

La glorieuse promesse de la nouvelle alliance est: «Le péché ne dominera pas sur vous, parce que vous n'êtes pas sous la loi (l'ancienne alliance), mais sous la grâce (la nouvelle alliance établie par Jésus)» (Romains 6:14). Le premier pas vers la victoire, c'est de croire qu'une telle vie est possible pour vous.

Tentation et péché

Il y a une différence entre être tenté et pécher. La Bible dit: «Chacun est tenté, étant attiré et amorcé par sa propre convoitise. puis la convoitise, ayant conçu, enfante le péché »(Jaques 1:14-15). Le péché n'est pas né dans notre coeur, avant que le désir de notre chair ait été autorisé à concevoir. Quand Satan ou la chair amorce une suggestion dans notre esprit, nous sommes tentés. Si notre esprit est d'accord avec cette tentation, alors une conception a lieu et le péché est né.

Être tentés ne nous rend pas mauvais. Même Jésus Lui-même a été tenté. Mais Il n'a jamais péché, même une fois d'aucune manière, et Il était donc tout à fait pur.

L'Écriture dit que Jésus a été en toutes choses « rendu semblable à Ses frères» et «tenté en TOUTES CHOSES comme nous» (Hébreux 2:17; 4:15). Il a été tenté exactement comme nous, pourtant Il n'a jamais péché.

Il se peut que cela ne sonne pas très miraculeux pour certains d'entre nous, parce que nous pouvons avoir l'impression que Jésus, étant Dieu, pouvait naturellement surmonter le péché facilement. Mais rappelez-vous, Il s'était «anéanti lui-même» des prérogatives d'égalité à Dieu, quand Il est venu sur terre (Philippiens 2:6-7). Bien qu'il fût Dieu, quand Il vivait sur la terre comme un homme, Il avait seulement accès à la même puissance de l'Esprit Saint qu'Il nous offre aujourd'hui. C'est pourquoi il nous est dit de courir la course en «fixant les yeux sur Jésus» Dans notre «lutte contre le péché» aujourd'hui, nous pouvons regarder Son exemple et être encouragés (Hébreux 12:2-4). C'est parce qu'Il a surmonté chaque tentation à laquelle nous faisons face, comme un Homme aussi. Il a pu ainsi devenir un Précurseur et un Exemple à suivre pour nous (Hébreux 6:20).

C'est «le mystère de la piété ......- Dieu a été manifesté en chair .......a été justifié en Esprit» (1 Timothée 3:16). Bien qu'Il eut notre chair, Il a gardé Son esprit pur toute Sa vie.

C'est ce qui nous donne l'espoir que nous aussi pouvons vaincre comme Il a vaincu. Car Il a consacré un chemin nouveau et vivant à travers Sa chair pour nous, dans lequel nous pouvons Le suivre (Hébreux 10:20). C'est le chemin de la sanctification.

Le vieil homme et l'homme nouveau

Nous avons déjà vu comment le vieil homme était comme un serviteur infidèle qui permettait aux voleurs d'entrer dans la maison. Ce vieil homme a cependant été

crucifié, abandonné et enterré. Maintenant il y a un homme nouveau en nous, qui dit: «Voici, je viens...pour faire, ô Dieu, ta volonté» (Hébreux 10:7).

Pourtant, nous savons qu'il est possible pour un disciple de Jésus de pécher. Mais il y a une différence entre un disciple péchant et un incrédule péchant, tout comme il y a une différence entre un chat qui tombe dans l'eau sale et un cochon choisissant de sauter dans l'eau sale! Le chat déteste l'eau sale, mais peut tomber accidentellement dedans. Le cochon, cependant, aime ça. Tout est une question de nature. Le disciple de Jésus a une nouvelle nature qui aime la pureté et hait le péché.

Le vieil homme veut péché. L'homme nouveau ne veut jamais pécher. Mais si l'homme nouveau n'est pas assez fort, il peut ne pas être en mesure de garder la porte de son coeur fermée aux désirs de la chair. Ce n'est pas parce qu'il veut ces désirs. Non. Mais parce qu'il n'est pas assez fort pour leur résister. Ce peut être, parce qu'il ne s'est pas suffisamment nourri de la Parole de Dieu, ou parce qu'il ne s'est pas lui-même renforcé par la prière.

Donc, il y a une différence entre commettre le péché et tomber dans le péché. Il est important de connaître cette différence, car nous pourrons alors éviter beaucoup de sentiments inutiles de condamnation dans notre coeur.

La Bible dit que «Celui qui pratique le péché (c'est-à-dire, celui qui continue de commettre le péché délibérément) est du diable» (1 Jean 3:8). D'autre part, il écrit aux croyants en disant: «Si quelqu'un a péché (c'est-à-dire, si quelqu'un tombe dans le péché involontairement), nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ, le juste ; et lui est la propitiation pour nos péchés» ( 1 Jean 2:1,2).

Péché conscient et inconscient

Il y a aussi une différence entre tomber dans le péché et avoir du péché. Avoir du péché, c'est avoir du péché inconscient dans notre personnalité - du péché dont nous sommes nous-mêmes ignorants, même si d'autres qui sont plus mâtures que nous peuvent être en mesure de le constater en nous. Mais un tel péché inconscient ne doit jamais nous faire nous sentir coupable. Car la Parole de Dieu dit, «le péché n'est pas mis en compte quand il n'y a pas de loi» (Romains 5:13). (Cela signifie également que Dieu ne nous impute pas le péché quand il n'y a pas conscience du péché dans notre esprit conscient).

Nous aurons du péché inconscient en nous, jusqu'à notre dernier jour - à un degré de moindre en moindre, cependant, si nous marchons dans la lumière. La Bible dit: «Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes» (1 Jean 1:8). Celui qui dit qu'il n'a pas de péché prétend en effet qu'il est déjà devenu parfait comme Christ. Mais la Parole de Dieu dit que «nous lui serons semblables», seulement quand Il reviendra - pas avant cela (1 Jean 3:2). Ceux qui prétendent être totalement sanctifiés et déjà parfaits ne font donc que se tromper eux-mêmes.

Le péché inconscient doit toutefois être nettoyé et «le sang de Jésus Christ...nous purifie de tout péché (inconscient)» aussi, tant que nous marchons dans la lumière de Dieu (1 Jean 1:7). Maintenant, nous pouvons donc nous tenir ouvertement, en présence d'un Dieu infiniment saint, sans aucune crainte.

Telle est la puissance du sang de Christ pour nous justifier. Alléluia!

Miséricorde et grâce

On nous dit de nous approcher hardiment «du trône de la grâce, afin que nous recevions miséricorde et que nous trouvions grâce pour avoir du secours au moment opportun» (Hébreux 4:16). La miséricorde et la grâce ne sont pas la même chose. La miséricorde se réfère à la rémission de nos péchés. Cela se rapporte à notre passé. Mais nous avons aussi besoin de grâce - pour le moment où nous en avons besoin, à l'avenir.

Notre temps de besoin, c'est quand nous sommes tentés, lorsque nous sommes sur le point de tomber - tout comme Pierre, quand il était sur le point de sombrer dans la mer de Galilée (Matthieu 14:30). C'est alors que nous devrions crier pour obtenir la grâce; et de même que Jésus étendit la main immédiatement pour tenir Pierre, nous constatons que nous obtenons aussi de la grâce, afin que nous tenions et ne tombions pas.

Il y a des promesses merveilleuses dans la Parole de Dieu qui nous assurent que Dieu nous gardera de tomber. Il suffit d'en regarder quelques-unes:

Tout d'abord, Dieu promet qu'Il ne nous permettra jamais d'être tentés par aucune tentation qui soit trop forte pour nous à surmonter: «Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été une tentation humaine ; et Dieu est fidèle, qui ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de ce que vous pouvez supporter , mais avec la tentation il fera aussi l'issue, afin que vous puissiez la supporter» (1 Corinthiens 10:13).

La Parole de Dieu dit aussi: «Il a le pouvoir de vous garder sans que vous bronchiez et de vous placer irréprochables devant sa gloire» (Jude 24).

Avec celles-ci et beaucoup d'autres merveilleuses promesses que nous donne la Parole de Dieu, il n'est plus nécessaire pour nous de pécher. Notre vie peut désormais être vécue pour faire la volonté de Dieu seul (comme il est dit dans 1 Pierre 4:2).

Sanctification progressive

Jésus a dit à Ses apôtres d'enseigner aux autres à obéir à tout ce qu'Il avait prescrit (Matthieu 28:20). Celui qui aime le Seigneur va d'abord chercher avec tout son coeur à découvrir ce que ces commandements sont, et puis il cherchera à leur obéir (Jean 14:21).

Sous la Loi, Dieu a donné des commandements à l'homme, mais pas le pouvoir de leur obéir. Alors pourquoi Dieu donna-t-Il la loi? Seulement pour que l'homme puisse découvrir qu'il est incapable de parvenir aux normes de Dieu, et voir ainsi son besoin d'un Sauveur et d'une Aide. «La loi a été notre conducteur jusqu'à Christ» (Galates 3:24).

Mais maintenant, Dieu a fait une nouvelle alliance avec l'homme. Et il nous a donné, non seulement les commandements, mais aussi un Exemple en la personne de notre Seigneur Jésus-Christ. Jésus a démontré par Sa vie terrestre, qu'il est possible pour nous d'obéir à tous les commandements de Dieu.

Dieu nous a aussi promis, sous la nouvelle alliance, de mettre Ses lois dans nos esprits et de les écrire dans nos coeurs (Hébreux 8:10). Il le fait grâce à l'Esprit Saint qui demeure en nous. Le Saint-Esprit est notre Aide Qui non seulement nous montre quelle est la volonté de Dieu, mais aussi nous donne un désir de faire cette volonté et la grâce d'obéir à tout cela aussi.

Dieu est Celui Qui va nous sanctifier entièrement (1 Thessaloniciens 5:23). Nous ne pouvons pas le faire nous-mêmes. Nous devons dépendre de Lui - car Il est Celui

Qui travaille en nous, nous donnant à la fois le désir et la capacité de faire Sa volonté. Mais il nous faut «travailler à votre propre salut avec crainte et tremblement» (Philipiens 2:12,13). Nous devons accomplir ce que Dieu travaille au dedans, car Il n'a pas fait de nous des robots!

Dieu nous purifie de la culpabilité du péché. Mais il nous est ordonné: «Purifions-nous nous-mêmes de toute souillure de chair et d'esprit, achevant la sainteté dans la crainte de Dieu.» (2 Corinthiens 7:1). Nous devons faire cela, comme et quand nous recevons de la lumière sur toute souillure en nous.

C'est donc, pendant que par l'Esprit nous faisons mourir les actions du corps (Romains 8:13) que le fruit de l'Esprit - l'amour, la joie, la paix, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la douceur, la tempérance- deviendra de plus en plus manifeste en nous. C'est ce que cela signifie d'être transformé en la ressemblance de Christ.

Ainsi, notre chemin deviendra un chemin de lumière croissante (Proverbes 4:18). C'est la voie glorieuse de sanctification que Dieu a fait pour nous. 28

Chapitre 8
PAROLE DE DIEU ET PRIÈRE

Les deux choses dont un bébé nouveau-né a besoin à la naissance, sont de la nourriture et de l'air. C'est exactement la même chose avec ceux qui font l'expérience d'une naissance spirituelle. Le nouveau-né de Dieu a besoin de manger et de respirer.

La Parole de Dieu est sa nourriture, et la prière est doit être son souffle vital.

La Parole de Dieu - notre nourriture spirituelle

Un enfant a besoin de lait pour commencer, mais il a besoin d'aliments solides par la suite. La Bible contient à la fois du lait et des aliments solides. Le lait est appelé «la parole du commencement du Christ» (Hébreux 6:1), et la nourriture solide est appelée «la parole de la justice» (Hébreux 5:13).

Combien de temps nous passons à la nourriture solide, dépend de la rapidité avec laquelle nous obéissons à toute lumière que Dieu nous donne.

Notre croissance spirituelle est tributaire de la foi et de l'obéissance.

Dieu nous a donné des promesses dans Sa Parole pour que nous puissions Lui faire confiance. Il nous a également donné des commandes à obéir. Si nous méditons sur la Parole de Dieu régulièrement, Lui faisons confiance et Lui obéissons, nous constaterons que nous sommes profondément enracinés en Dieu, comme un arbre à feuilles persistantes qui ne se flétrit jamais. Dieu sera alors en mesure de nous bénir de telle façon que nous prospérons dans tout ce que nous faisons (Psaumes 1:2,3).

Nous ne pouvons pas comprendre la Parole de Dieu par l'étude intellectuelle seule. Nous avons besoin de la révélation de l'Esprit Saint. Jésus a dit que les vérités spirituelles étaient cachées aux sages et aux intelligents, et révélées aux tout-petits (Matthieu 11:25).

Qu'ont des tout-petits, que des gens sages et intelligents n'ont pas?

Un coeur pur!

Dieu regarde au coeur et non à la tête. Il donne la révélation à ceux qui sont humbles et qui tremblent à Sa parole (Ésaïe 66:2).

Jésus a dit que seuls ceux qui étaient prêts à faire la volonté de Dieu comprendraient la Parole de Dieu (Jean 7: 17).

La Parole de Dieu - L'épée de l'Esprit

La Parole de Dieu est aussi l'arme que nous utilisons dans notre guerre contre Satan.

Elle est appelée «l'épée de l'Esprit» dans Éphésiens 6:17.

Jésus lui-même utilisa cette arme avec un grand effet, au cours des trois dernières tentations dans le désert. Chaque fois, il s'est opposé aux tentations de Satan, avec «Il est écrit ....» (Matthieu 4:4,7,10).

Voilà comment Il a vaincu, et c'est comme ça que nous pouvons aussi vaincre.

Satan est l'Accusateur. Nous devons distinguer entre ses accusations et la condamnation de l'Esprit Saint. Satan cherche toujours à nous harceler et nous

faire nous sentir condamné par ses accusations. La conviction de l'Esprit Saint, en revanche, est toujours douce et pleine d'espoir.

Nous pouvons surmonter l'Accusateur uniquement par «le sang de l'Agneau et la parole de notre témoignage» (Apocalypse 12:11). Ses accusations concernant nos péchés du passé ne peuvent être surmontées que comme nous lui donnons notre témoignage que le sang de Christ nous a purifiés et justifiés complètement. Nous devons utiliser la même arme utilisée par Jésus: «Il est écrit ...»

Confesser la Parole de Dieu à Satan est le moyen de surmonter non seulement les accusations de Satan, mais aussi le découragement et l'angoisse et une foule d'autres tentations avec lesquelles Satan assaille notre esprit.

C'est pourquoi il est important de bien connaître la Parole de Dieu, afin que l'Esprit Saint puisse apporter à notre esprit la bonne Écriture au moment de notre besoin.

Il est donc bon d'avoir un temps tous les jours pendant lequel nous méditons sur la Parole de Dieu, Lui demandant de nous parler. Comme nous cachons la Parole de Dieu dans notre coeur, Elle va nous empêcher de pécher contre Lui (Psaumes 119:11).

Le plan de Dieu pour nos vies

Dieu a un plan parfait pour nos vies. Et Il veut nous guider dans son accomplissement. La vie la plus bénie que nous pourrons jamais vivre sur la terre est celle dans laquelle nous accomplissons ce plan complètement. En choisissant une carrière ou dans le mariage, comme il est merveilleux de savoir que Dieu a déjà tracé la voie pour nous, que nous devons prendre! Si l'on choisit Son chemin, nous pouvons éviter les nombreux pièges que Satan a alignés pour nous. C'est principalement à travers Sa Parole que Dieu nous guide dans ce plan.

Trouver la volonté de Dieu est un sujet exhaustif et a été couvert plus en détail dans mon livre intitulé «TROUVER LA VOLONTÉ DE DIEU».

Approcher le mariage d'une manière spirituelle a été couvert dans un autre de mes livres intitulé «SEXE, AMOUR & MARIAGE - L'approche Chrétienne».

La prière - Parler à Dieu

La communication avec Dieu est une affaire à double sens. Nous entendons Dieu qui nous parle à travers Sa Parole d'abord. Et puis nous Lui parlons.

Mais la prière ne consiste pas simplement à faire des demandes à Dieu. Une partie principale de la prière doit être d'avoir la communion avec Dieu, comme une mariée avec son fiancé.

Il n'existe aucune règle sur la façon dont une jeune mariée doit parler à son fiancé.

Mais en tant que discipline, c'est bon pour nos prières de se composer de:

  1. louange à notre Père, pour Qui Il est;
  2. confession des péchés et échecs,
  3. demandes concernant le royaume de Dieu,
  4. demandes concernant nos propres besoins,
  5. intercession pour les besoins d'autrui,
  6. action de grâces pour ce que Dieu a fait et
  7. action de grâces pour ce que Dieu va faire.

Jésus nous dit de: «toujours prier» (Luc 18:1).

Une bonne habitude à développer est d'apprendre à parler à Dieu à propos des petites choses de la vie quotidienne - et donc d'être dans un esprit de prière tout au long de la journée. Ainsi, parler à Dieu deviendra une joie pour nous et non pas un rituel. Nous allons aussi découvrir que Dieu nous parle dans nos coeurs, de manière surprenante.

Mais ce ne sont que des leçons d'école maternelle en ce qui concerne l'école de la prière. Nous pouvons progresser si nous sommes fidèles.

En tout cas, la prière ne devrait jamais être autorisée à dégénérer en un rituel sec, vide. La prière est comme la respiration. Quand notre respiration devient difficile pour nous, alors nous savons que quelque chose ne va pas! La prière n'a jamais été prévue par Dieu pour être sèche ou ennuyeuse.

Mais à mesure que nous progressons, nous verrons que la prière devient un dur labeur. Si nous sommes fidèles aux petites charges pour lesquelles Dieu nous met à coeur de prier, nous verrons que Dieu nous donne de plus en plus de Ses charges. Ainsi, nous pouvons devenir co-ouvriers avec Dieu, dans Son travail de bénédiction d'autrui.

Jésus a prié «avec de grands cris et avec larmes» (Hébreux 5:7). Une fois quand Il a prié à Gethsémané, Sa sueur devint comme des grumeaux de sang (Luc 22:44). Sa prière était si intense.

Une fois, Il a passé une nuit en prière (Luc 6:12). Il avait l'habitude de se retirer souvent dans le désert pour prier (Luc 5:16). Comme l'a dit quelqu'un «Comme des touristes recherchent des curiosités à voir, quand ils viennent à un nouveau lieu, Jésus a toujours cherché un endroit tranquille pour prier partout où Il allait.»

L'exemple de Jésus nous montre à quel point la prière est importante. S'Il avait besoin de tant prier, à combien plus forte raison vous et moi en avons nous besoin.

Menez alors le combat contre la paresse, et déterminez d'être un homme / une femme de prière à tout prix. 31

Chapitre 9
COMMUNION FRATERNELLE ET L'EGLISE

Nous avons déjà vu que Dieu veut nous transformer à la ressemblance de Christ. Mais cette transformation n'a pas lieu en nous dans l'isolement d'autres disciples de Jésus. C'est seulement en étant avec eux que nous sommes transformés.

Dieu veut que nous vivions, non seulement en dépendance à Son égard, mais aussi en communion les uns avec les autres aussi. Aux temps de l'Ancien Testament, Dieu a travaillé à travers des individus - un Moïse ou un Élie ou un Jean-Baptiste, etc

Mais sous la nouvelle alliance, ce que Dieu veut, c'est un corps de disciples qui sont devenus un sous le chef suprême Christ. C'est ce qu'est «l'Église» - le Corps du Christ (Éphésiens 1:22,23; 2:14-16).

L'Église - le Corps de Christ

L'Église n'est pas un bâtiment, ce n'est pas non plus une dénomination. Le mot anglais «Église» dans le Nouveau Testament est une traduction du mot grec «ekklesia», qui signifie une assemblée de gens qui sont appelés en dehors - dans ce cas, appelés hors du monde pour être la possession acquise de Dieu (d'après la traduction d'Éphésiens 1:14).

Partout dans le monde, ceux qui ont répondu à l'appel de Dieu d'être séparés du péché et du monde, forment l'Église - le Corps de Christ. Dans chaque localité, ces membres du Corps de Christ devraient devenir ensemble une expression locale de ce corps.

Le premier corps de Christ était le corps physique dans lequel Jésus est venu sur terre. Dans ce corps Dieu s'est montré Lui-même au monde entier. Jésus se soumettait Lui-même si parfaitement au Père, qu'à la fin de Sa vie Il pouvait dire: «Celui qui m'a vu, a vu le Père» (Jean 14:9).

Maintenant, notre vocation est de représenter Jésus ensemble, au monde qui nous entoure. Nul ne peut représenter Jésus de manière adéquate, à lui tout seul. Nous avons besoin les uns des autres. Les meilleurs d'entre nous sont tout de même déséquilibrés. Nous avons nos points forts, mais nous avons nos points faibles aussi. Nous pouvons être en mesure de bien refléter Christ dans un domaine, mais très mal dans un autre domaine. Mais ensemble, nous constatons que les points forts de l'un contrebalancent les points faibles de l'autre. Et si nous vivons dans l'amour et la soumission les uns aux autres, Christ peut se refléter dans Sa totalité à travers nous, à un monde incrédule. Ceci est le dessein de Dieu pour l'Église.

Faire partie d'une Église locale

Dès que vous êtes converti, vous avez besoin de rechercher et de rejoindre une communauté de disciples qui sont désireux d'obéir à la Parole de Dieu et de suivre les traces de Jésus.

C'est là que le nouveau converti peut être dérouté par les nombreux groupes et confessions qu'il voit dans le christianisme. D'un bout du spectre doctrinal à l'autre, il y a malheureusement, beaucoup, beaucoup de groupes qui prétendent être les seuls vrais représentants de Christ sur la terre!!

Beaucoup de ces groupes frapperaient leurs bibles et vous prouveraient que vous ne pouvez pas faire partie du Corps de Christ, à moins que vous ne les rejoigniez!

Il serait presque impossible de convaincre la plupart d'entre eux que Dieu a de nombreux enfants qui ne sont pas dans leur «groupe» et qui ne détiennent pas exactement leurs formes particulières de doctrine! Telle est la force des préjugés! Vous devez être attentif à ne pas vous emmêler dans cet écheveau de pharisaïsme et de sectarisme, qui affecte une grande partie du christianisme aujourd'hui.

Gardez votre coeur ouvert à tous ceux qui aiment le Seigneur et qui cherchent à Le suivre dans la sincérité. Ils peuvent ne pas mettre les points sur leur ‹i› doctrinaux ou croiser leurs barres sur leurs ‹t› doctrinaux exactement de la même manière que vous. Mais ce n'est pas grave, s'ils marchent dans la lumière que Dieu leur a donnée. Nous ne pouvons pas exiger d'eux qu'ils devraient marcher dans la lumière que Dieu nous a donnée.

Recevoir tous les enfants de Dieu

Nous devons avoir autant de frères et de soeurs que Dieu a d'enfants.

Nous devrions faire bon accueil et recevoir de tout coeur tous ceux que Dieu Lui-même a reçus (Romains 14:1; 15:7). Si Jésus n'a pas honte d'appeler quelqu'un Son frère, nous ne devrions pas en avoir honte non plus (Hébreux 2:11).

Il existe deux extrêmes auxquels les croyants peuvent aller, dans cette affaire de communion fraternelle. L'un est de compromettre la vérité elle-même afin de maintenir la communion fraternelle. L'autre est d'exiger une uniformité dans toutes les questions avant que la communion fraternelle ne soit offerte. Si vous êtes sage, vous vous tiendrez loin de ces deux extrêmes.

Il est évident que nous ne pouvons pas travailler ensemble avec ceux qui ne sont pas d'accord sur la manière dont le travail de Dieu est à faire. Mais nous n'avons pas à exiger que quelqu'un croit exactement comme nous le faisons, jusque dans les moindres petits détails, avant que nous soyons en communion avec lui. Il y a une différence entre travailler avec quelqu'un et avoir la communion fraternelle avec lui.

Toutefois, vous devez chercher une Église dans votre localité, qui peut être une maison spirituelle pour vous, et pour laquelle vous pouvez être engagé.

L'Église du Nouveau-Testament

Au milieu d'un grand nombre d'«Églises» dans votre localité, vous devez en chercher une qui correspond le mieux au Nouveau Testament, comme vous l'avez compris jusqu'à présent. Comme le temps passe, et vous comprenez plus du Nouveau Testament, vous pouvez sentir que vous avez à quitter cette «Église» et rejoindre une autre qui est plus conforme à la Parole de Dieu.

Cela ne sera que naturel pour celui qui se développe spirituellement et qui est déterminé à continuer à faire ce que Dieu a de plus haut et de meilleur pour sa vie.Ne vous contentez jamais de quelque chose moindre que le meilleur de Dieu dans tous les domaines - et alors vous n'aurez pas de regrets dans l'éternité.

Une Église du Nouveau Testament n'a aucune étiquette confessionnelle. C'est une communion de personnes qui ont été rassemblés par l'Esprit Saint dans le Nom de Jésus-Christ. Le Seigneur a promis d'être présent seulement au milieu d'un tel rassemblement (Matthieu 18:20).

L'Église dont vous devenez une partie, devrait être celle qui accepte la Bible comme Parole de Dieu et comme le SEUL fondement de la foi et de la vie. De nombreux groupes sectaires, bien qu'affirmant accepter la Bible seule comme leur autorité,

s'avèrent souvent citer les écrits de leurs dirigeants avec la même autorité. Comme vous vous approchez d'eux vous trouverez qu'ils sont plus liés aux enseignements de leurs dirigeants qu'à la Parole de Dieu. Il peut y avoir beaucoup de bonnes choses dans ceux-ci. Mais si vous les rejoingnez, vous vous rendrez vite compte que leur attitude sectaire vous asservit.

Dans l'Église de Dieu, tous les croyants sont des prêtres de Dieu à parts égales - car Dieu nous a fait tous prêtres (1 Pierre 2:9). Une «Église» qui a une catégorie spéciale de prêtres ou de «pasteurs», qui seuls sont considérés comme qualifiés pour le ministère de la Parole, est contraire à la volonté de Dieu.

Dieu a ordonné la direction de l'Église à être dans les mains des anciens (toujours plus d'un). Mais ces anciens ne doivent pas forcément être «travailleurs à temps plein» (Actes 14:23; Tite 1:5).

Lors des réunions d'une Église du Nouveau Testament, l'accent principal sera mis sur la prédication de la Parole de Dieu. Tous les croyants auront la liberté dans une telle Église de partager la Parole de Dieu en fonction de leur maturité et de leur don spirituel.

Si la Parole est vraiment inspirée par l'Esprit Saint, vous verrez qu'elle console et défie et édifie et expose «les secrets des coeurs des hommes» obligeant ceux qui écoutent à reconnaître que Dieu parle (1 Corinthiens 14:3, 24-31).

L'axe principal d'une Église véritablement du Nouveau Testament sera de faire des disciples et de leur apprendre l'obéissance totale aux commandements de Jésus (Matthieu 28:19,20). Le trait distinctif de cette Église sera l'amour mutuel entre ses membres - comme Jésus a dit dans Jean 13:35, «A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour entre vous.»

Une telle Église où la Parole est parlée puissamment, et où règne l'amour de Dieu, et où la présence du Seigneur peut être sentie, c'est l'Église dont vous devriez faire partie, dans votre localité.

L'importance de la communion fraternelle

C'est quand nous essayons de vivre ensemble dans une communion fraternelle aimante avec les autres que nous découvrirons combien nous devons nous renoncer nous-mêmes et prendre notre croix chaque jour, si nous voulons maintenir la communion.

Satan est toujours occupé à créer un fossé entre les enfants de Dieu. Si nous sommes mûrs nous serons toujours vigilants pour empêcher ces fossés d'être créés entre nous et les autres. Il y a une grande perte lorsque la communion est brisée dans le Corps de Christ - tant pour Dieu que pour nous.

Il y a une immense puissance dans l'unité dans l'Église. Satan ne peut être surmonté que par une Église unie. Jésus a dit: «Si même deux croyants sont totalement un dans leurs esprits, totalement unis, ils peuvent demander quoique ce soit au Père et leur demande sera accordée - parce que Je suis présent en puissance, là où deux ou trois de ces âmes unies sont rassemblées par le Saint-Esprit. Et une telle communion de croyants peut lier les forces sataniques dans les cieux et sur la terre et donc restreindre la puissance de Satan. Ils peuvent également libérer les gens de l'esclavage de Satan à travers leurs prières »(Matthieu 18:18-20 - paraphrase libre).

C'est pourquoi Satan apporte la division entre les croyants et c'est pourquoi il forme des cliques et des groupes dans une Église. Il veut protéger son propre royaume

d'être attaqué par une Église unie. Nous devons être attentifs aux artifice de Satan et ne pas en être ignorans.

Songez seulement à la limitation qu'il y aurait eu dans le corps physique de Christ, si Ses membres avaient été incapables de travailler ensemble.Il n'aurait alors pas été en mesure de manifester la gloire de Dieu dans ce monde comme Il l'a fait. C'est la limite à laquelle Christ est confronté aujourd'hui en tant que Tête de Son Corps spirituel, l'Église, quand les croyants sont divisés.

Nous perdons aussi. Si vous vous coupez ne serait-ce que d'un des enfants de Dieu, vous vous privez de quelque chose de la richesse de Dieu qui n'aurait pu venir à vous qu'à travers cet autre enfant de Dieu. Nous ne pouvons connaître l'amour de Christ equ'en étant «avec tous les saints» (Éphésiens 3:17-19).

(Pour un complément d'étude approfondie sur l'importance de la communion fraternelle chrétienne, vous pourriez lire mon livre intitulé, UN SEUL CORPS DANS LE CHRIST.)

Chapitre 10
LA FIN DE CET ÂGE

Il n'y avait aucune compréhension claire aux temps de l'Ancien Testament, sur la vie après la mort et sur le plan de Dieu pour l'avenir. Mais Jésus a enseigné très clairement sur ces deux questions. C'est bon pour nous de nous y connaître au sujet de ces questions aussi.

Qu'y a-t-il après la mort?

La mort n'a rien de terrifiant pour un disciple de Christ, car Jésus a vaincu la mort. La mort est un ennemi vaincu. Jésus est mort et a ainsi rendu Satan impuissant si bien que nous n'avons plus besoin d'avoir aucune crainte de la mort (Hébreux 2:14,15). Les clefs de la mort sont aujourd'hui dans la main de Jésus (Apocalypse 1:18). Lui seul peut ouvrir la porte de la mort pour quiconque de Ses disciples maintenant. Satan ne peut pas les toucher.

Qu'arrive-t-il quand un homme meurt? Jésus a répondu clairement à cette question quand Il a parlé de l'homme riche et Lazare. Ce serait bien si vous lisiez Luc 16:19-31 dès maintenant, avant d'aller plus loin .........

Ce n'est pas une parabole - car, dans aucun parabole Jésus a-t-Il jamais utilisé le nom d'un homme comme Il l'a fait ici. L'homme riche et Lazare étaient des personnes réelles.

Jésus a précisé clairement ici qu'il n'y a que deux endroits où les morts vont. L'un est le ciel (aussi appelé «le sein d'Abraham» ou «Paradis») - un lieu de réconfort, et l'autre, c'est l'Enfer - un lieu de torture et de souffrance. Dès qu'une personne meurt, son âme va immédiatement à l'un de ces lieux, avant même que son corps soit enterré sur la terre. Et même si elle n'a pas de corps, elle sera consciente de son entourage et du confort ou de la douleur.

L'homme est un être triple, composé d'esprit, âme et corps (1 Thessaloniciens 5:23). Au moment de la mort l'âme et l'esprit sont séparés du corps, et vont soit au paradis soit en enfer.

Tandis qu'Il était sur la croix, Jésus a dit au voleur repentant qu'il serait avec Lui au paradis le jour même. Tant Jésus que le voleur allèrent au paradis dès que leurs âmes eurent quitté leurs corps. Jésus avait dit qu'après Sa mort, Il serait dans «le sein de la terre» durant 3 jours et 3 nuits (Matthieu 12:40). De là, nous savons que le paradis, à ce moment, doit avoir été au coeur de la terre. Mais quand Christ est ressuscité des «parties inférieures de la terre .... Étant monté en haut .. Il a emmené captive la captivité »(Éphésiens 4:8,9). Il a pris le paradis et toutes les âmes dedans jusqu'au troisième ciel.

Dans 2 Corinthiens 12, lorsque nous comparons les versets 2 et 4 ensembles, nous voyons que le paradis est maintenant situé dans le troisième ciel. C'est là que le disciple de Jésus va dès qu'il meurt (Philipiens 1:23).

Les signes du retour de Christ

La Bible nous parle d'un certain nombre d'événements qui devraient avoir lieu immédiatement avant le retour de Christ sur terre.En voici quelques-uns:

  1. Les guerres, les famines et des tremblements de terre (Matthieu 24:7). Celles-ci ont été là sur la terre à tout moment. Mais il y a eu une grande augmentation de leur nombre depuis la Seconde Guerre Mondiale (1939-1945).
  2. Une poussée soudaine de connaissance et une augmentation considérable des voyages dans le monde (Daniel 12:4). Ces deux éléments ont également été vus dans une mesure bien plus importante au cours des cinquante dernières années que jamais auparavant.
  3. Les hommes seront amis des voluptés (2 Timothée 3:4). L'immoralité est une caractéristique spécialement mauvaise de notre temps. Les films et bandes vidéo pornographiques ont tous servi les desseins de Satan dans la promotion de l'immoralité.
  4. Les hommes seront hautains, outrageux et désobéissants à leur parents(2 Timothée 3:2-4). Aujourd'hui, nous voyons l'esprit de rébellion tout autour de nous - dans les foyers, dans les écoles, dans les établissements d'enseignement supérieur et dans les usines.
  5. Les croyants apostasieront (abandonneront) de la foi (1 Timothée 4:1). Nous voyons cela aussi, de nos jours, avec la large prolifération de nombreuses sectes, auxquelles de nombreux croyants sont la proie.
  6. La renaissance de la nation d'Israël (le figuier - un symbole d'Israël - produisant ses feuilles - Luc 21:29-32). Depuis 70 après J.-C., les Juifs avaient été dispersés à travers le monde. Ce figuier était posé, desséché pendant près de 19 siècles par la suite. Mais en Mai 1948, la nation d'Israël est née de nouveau. Jésus a dit que Jérusalem serait occupée par les nations non-juives jusqu'à ce que les temps de ces nations soient accomplis (Luc 21:24). En Juin 1967, Israël occupa la ville de Jérusalem, pour la première fois en 20 siècles.

Il est passionnant de voir ce qui se passe dans le monde aujourd'hui. Les signes pointent tous au retour de Christ très bientôt.

La première résurrection et le tribunal de Christ

Quand Christ viendra, tous ceux qui Lui appartiennent seront transformés en un clin d'oeil. Nous allons recevoir de nouveaux corps qui ne peuvent jamais vieillir ni mourir (1 Corinthiens 15:51-53). Nos nouveaux corps seront tout comme le corps que Jésus Lui-même avait après Sa résurrection (Philipiens 3:20,21). Ceux qui sont morts en Christ se lèveront également de leurs tombes dans leurs nouveaux corps et avec les disciples vivants de Jésus, à ce moment-là, ils se lèveront dans l'air pour rencontrer le Seigneur (1 Thessaloniciens 4:13-17).

Alors Christ mettra en place Son tribunal, au cours duquel nous serons jugés (évalués) et récompensés individuellement pour notre fidélité dans notre vie terrestre.

La Bible parle de couronnes étant attribuées ce jour là à ceux qui ont été fidèles. Vous pouvez lire 2 Corinthiens 5:10; 1 Corinthiens 3:11-15 et 4:5; 2 Timothée 4:8 et 1 Pierre 5:4 pour plus de détails sur les récompenses qui seront données par le Seigneur à Ses disciples à ce moment là.

En ce jour, nous verrons que «plusieurs qui sont les premiers seront les derniers, et des derniers seront les premiers.» (Matthieu 19:30). Beaucoup de ceux qui paraissaient être très spirituels sur la terre, seront alors considérés comme n'ayant pas été tant fidèles aux yeux de Dieu. D'autres dont nous pouvons ne pas avoir eu une trop haute opinion, seront alors considérés comme ayant été fidèles aux yeux de Dieu. En ce jour, la veuve inconnue mais fidèle aura préséance sur le prédicateur mondialement célèbre mais infidèle.

En ce jour, nous découvrirons que beaucoup de choses comme l'argent et la gloire, que les hommes considéraient comme précieux sur la terre n'ont aucune valeur

devant Dieu, et que les nombreuses vertus auxquelles les hommes n'ont pas accordé de valeur, tels que la pureté, l'humilité, la générosité, la miséricorde et la bonté sont grandement appréciées par Dieu.

Ensuite aura lieu ce que la Bible appelle «les noces de l'Agneau de Dieu» - le mariage spirituel de Jésus-Christ avec Son épouse - ceux qui étaient fidèles en se renonçant eux-mêmes et en prenant la croix chaque jour et en le suivant comme Ses disciples sur la terre (Apocalypse 19:8-10). En ce jour, nous verrons que ça valait totalement la peine d'avoir souffert l'incompréhension, la honte, la persécution et même la mort pour l'amour de notre Seigneur et de Son Évangile.

Le millénium

Un règne de paix commencera alors pendant 1000 ans, lorsque les conditions du Jardin d'Eden prévaudront sur la terre, avec le lion couché pacifiquement avec l'agneau et l'enfant jouant avec le cobra inoffensif etc., (Ésaïe 11:6-9).

Jésus régnera alors de Jérusalem en tant que Roi sur toute la terre (Zacharie 14:9-21). Satan sera lié pendant ces années de sorte qu'il n'aura pas accès à la terre comme il l'a maintenant. À la fin de ces 1000 ans, Satan sera libéré pour une courte période afin de tester les habitants de la terre non convertis une fois de plus. A nouveau une grande foule suivra Satan. Ce sera la démonstration de Dieu aux anges et aux hommes que ces gens ne veulent pas que Christ règne sur eux, même après qu'ils aient vu les 1000 ans de paix. Telle est l'aveuglement et l'entêtement et la méchanceté de l'homme. Mais, Dieu viendra en jugement sur cette foule rebelle, et Satan sera jeté dans l'étang de feu (qui est juste une version plus grande de l'enfer - Apocalypse 20:7-10).

La seconde résurrection et le jugement final

Dieu mettra alors en place Son tribunal pour juger tous les incrédules. Ce sera la seconde résurrection. Les morts ressusciteront de leurs tombes. Les âmes de tous les incrédules reviendront de l'enfer dans leurs corps terrestres pour se tenir devant Dieu pour être jugées. Ils seront ensuite jugés «d'après les choses qui étaient écrites dans les livres, selon leurs oeuvres» (Apocalypse 20:12).

La mémoire est comme une bande vidéo qui enregistre fidèlement tout ce que nous avons pensé, dit et fait, et aussi nos attitudes et nos motivations au long de notre vie terrestre. Dieu repassera en ce jour cette bande pour que le monde entier voit la vie cachée de chacun. Ce sera la manière de Dieu de montrer qu'Il est parfaitement juste en envoyant des personnes en jugement éternel.

Ceux dont les noms ne figurent pas dans le livre de vie seront jetés dans l'étang de feu pour rejoindre Satan qu'ils ont servi sur terre (Apocalypse 20:15).

La fin des temps

Puis le temps cessera et l'éternité commencera. Les hommes et les femmes rachetés entreront dans le nouveau ciel et la nouvelle terre et l'épouse de Christ brillera alors dans toute sa gloire (comme décrit dans Apocalypse 21).

Satan et tous les incrédules auront été retirés de ce ciel et de cette terre parfaits. Dans ce nouvel univers glorieux, le péché ne lèvera plus jamais sa tête répugnante et il n'y aura pas de convoitise dans notre chair. Le ciel sera rempli de gens qui ont joyeusement choisi la volonté de Dieu pour toute l'éternité.

L'appel à vaincre

Pierre dit: «Toutes ces choses (les cieux et la terre existants) devant donc se dissoudre, quelles gens devriez-vous être en sainte conduite et en piété» (2 Pierre 3:11,12).

Le message de l'Esprit en ces derniers jours, peut se résumer en un mot: «vainquez» (Voir Apocalypse 2:7, 11, 17, 26; 3:5,12,21; 21:7).

Nous avons commencé ce livre en insistant sur l'élément manquant dans une grande partie de la prédication d'aujourd'hui aux non-croyants - REPENTEZ VOUS.

Nous concluons ce livre en insistant sur l'élément manquant dans une grande partie de la prédication d'aujourd'hui aux croyants - VAINQUEZ.

L'appel de Dieu à l'homme, depuis qu'il est tombé dans le péché a été d'être un vainqueur. Dieu a dit à Caïn: «le péché est couché à la porte (de ton coeur)...et toi tu domineras sur lui» (Genèse 4:7). Dans le dernier livre de la Bible cet appel est répété, «Celui qui vaincra héritera de ces choses, et je lui serai Dieu, et lui me sera fils.» (Apocalypse 21:7).

Rien sur terre ne peut être comparé à la gloire d'une vie vécue dans la communion avec Dieu et dans l'accomplissement de Ses desseins. La vie que Jésus a vécu sur la terre était la vie la plus merveilleuse, la plus glorieuse et la plus heureuse que tout homme ait jamais vécu. Il n'était pas mondialement célèbre ni riche. Mais Il rayonnait la gloire de Dieu à travers Sa vie.

La bonne nouvelle de l'Évangile est que vous pouvez rayonner cette gloire aussi. Vous pouvez être un vainqueur tous les jours de votre vie terrestre. Puissiez-vous être fidèle alors et vivre avec les valeurs de l'éternité en vue à tous moments. Amen.